AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'héritière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: L'héritière   Mar 27 Jan - 21:38

Chapitre 1 : Les acteurs prennent place



L'air humide enlaçait son corps, le contact froid du métal traversait son manteau de samit. Ouvrant péniblement les yeux, l'obscurité fût chassée par l’éclat des lames prêtes à s'abattre. Elle se trouvait dans ce qui ressemblait à une prison de fortune, le vent s'insinuant par la porte était glacial tandis que cette dernière s'ouvrait pour une femme en armure accompagnée d'une autre dont les pas était inaudible. La femme en armure arborait un symbole étrange, un œil et un soleil superposés, le symbole des chercheurs ?

« _ Vous êtes réveillé ? Bien, vous allez pouvoir vous expliquer.

_ Où suis-je ? La prisonnière regardait autour d'elle sans prêter attention à son interlocutrice, irritant cette dernière.

_ À Darse, répondit sèchement la guerrière, dans le sous-sol de la Chantr-

_ Darse ? La Sainte urne, le temple cinéraire... le Conclave ! Redressant son dos la mage ouvrit complètement les yeux, comme si prononcer ce mot avait finit par la réveiller complètement.

_ Cessez de nous ignorer, la guerrière perdait son sang-froid, nous voulons des réponses !

_ Le Voile, tout en murmurant ce mot les deux femmes s'échangèrent un bref regard, elle se leva brusquement, le carcan de lames se resserrant dangereusement autour de son cou mais ce n'était la raison de son regard apeuré, le Voile, qu'avez-vous fait ?!

_ Vous osez nous accuser ?! La guerrière avait sa main gauche crispée sur le pommeau de son épée, mais sa collègue la repoussa.

_ On a besoin d'elle Cassandra ! Pour la première fois la femme encapuchonnée s'adressa à la prisonnière. Vous, est-ce que vous vous souvenez de quoi que se soit, de ce qui s'est passé ?

_ Je suis venu pour observer le Conclave puis... je me souviens m'être réveillé dans l'Immatériel, elle pris conscience de ses paroles, elle c'était réveillée, ce n'était pas un rêve.

_ Et après ? Que s'est-il passé ? La dénommée Cassandra semblait s'être calmée.

_ Des démons sont venus mais j'étais trop faible pour me battre alors j'ai couru. Puis cette femme est apparue.

_ Cette femme ? Le visage de la femme aux cheveux roux s'illumina soudain.

_ Elle voulais m'aider je crois, elle m'as tendue la main mais... En parlant de ce dernier souvenir la femme enchaînée sentie une étrange pulsation sur sa main droite, en la regardant elle vit une marque de lumière. Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-elle tout bas.

_ Allez au campement avancé Léliana, je l'emmène à la faille. »

Tandis que Léliana disparaissait dans le sombre couloir qui menait à la sortie, la prisonnière posa la question dont elle redoutait la réponse : « Que c'est il passé? » Pour seule réponse Cassandra lui conseilla de voir par elle-même.


Dernière édition par lorenal666 le Jeu 29 Jan - 10:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mar 27 Jan - 21:38

Alors que ses yeux peinait à se réhabituer à la lumière du jour, la lourde porte de la Chantrie avait laissée place à un ciel ravagé, un gouffre béant, dont la teinte verdâtre évoquait les boursouflures que le trouve sur les arbres contaminés par l'Enclin, exultait des sphères incandescentes.

« _ Andrasté aie pitié.

_ On l'appelle la Brèche, c'est une faille gigantesque qui s'ouvre sur le monde des démons et qui s’élargit d'heure en heure. Il existe d'autre failles mais c'est la plus grande.

_ J'aimerais tant que se soit aussi simple, Cassandra lui adressa un regard soupçonneux, si cette « Brêche » continue de croître c'est parce que le Voile a subit tellement de dégâts que le flux qui la traverse est  trop important. C'est comme transporter un sac de farine déchiré, le poids de son contenu fait pression sur la déchirure et ne peut que l'élargir.

_ De quel flux parlez vous ?

La jeune femme prit une profonde inspiration avant de répondre :

_ Il n'y a pas que des démons qui traversent la Brêche mais tout ce que contient l'Immatériel ! Magie, pensées, souvenirs, rêves, c'est l'Immatériel même qui se déverse dans notre monde ! Elle regarda l'anomalie céleste, à terme nos deux mondes, dans le meilleure des cas fusionneront et dans le pire des cas se détruiront mutuellement.

_ Vous... vous semblez bien sûre de vous, le cœur de la guerrière vacillait entre la suspicion et l'effroi.

_ Vous pouvez me trouvez pessimiste mais ce ne sont que des spéculations issues de réflexions logique basées sur des faits réels.

_ Faite votre érudite autant que cela vous chante, cela ne vous innocentera pas. En revanche, si vous nous aidez, vous aurez droit à un procès équitable.

_ Quoi, vous voulez acheter la coopération de votre prisonnière maintenant ? Son ton moqueur fût vite remplacé par un hurlement de douleur tandis que sa marque embrasait ses veines.

_ C'est l'effet de la Brêche, Cassandra s'agenouilla pour aider la jeune femme à se relever, depuis que nos hommes vous ont trouvés votre marque s'est étendue au même rythme qu'elle, c'est un miracle que l'on vous ai maintenue en vie jusqu'ici.

_ Votre sollicitude me touche, je comprend mieux vos soupçons maintenant mais comment puis-je aider exactement ?

_ Nous pensons que la magie à l'origine de la Brêche a aussi apposé cette marque sur vous, nous espérons que vous puissiez l'utiliser pour fermer les failles.

_ Pas bête, retourner le pouvoir de l'ennemi contre lui est une stratégie ironique à souhait. Ça me plaît.

_ Vous allez donc nous aider ?


Dernière édition par lorenal666 le Jeu 29 Jan - 10:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mar 27 Jan - 21:39

À peine la guerrière eût terminée sa phrase que les iris améthyste de la prisonnière s'illuminèrent brièvement et qu'un cliquetis se fasse entendre, la lourde entrave de bois et de fer tomba dans la neige.

_ Comment avez-vous fait ? Cassandra était si décontenancée qu'elle venait tout juste de remarquer que l'apostate se dirigeait déjà vers la sortie. Ces fers ont été conçus pour résister à toutes formes de magie.

_ Erreur, ils ont été conçus pour résister à toutes formes de magie connue. Cela fait bien des siècles que votre précieuse Chantrie à préféré l'obscurantisme au fardeau de la vérité. Alors, vous me la montrez cette faille ?

_ Si vous pouviez vous libérer, pourquoi être resté ?

_ Pour deux raisons, premièrement, après avoir ressentit cette « Brêche » je ne pouvais tout simplement pas agir sans comprendre la situation et maintenant … et bien je n'ai juste aucune raison de ne rien faire alors que le monde agonise.

_ Et l'autre raison ?

_ Je ne me sentais pas en danger. »

Allant contre-courant des déserteurs et des réfugiés, le duo improvisé entama son ascension vers le campement avancé des forces Chantriste mais arrivé au premier pont d'une longue série celui-ci fût détruit par l'une des sphères incandescente vomit par la Brêche, précipitant la mage et la guerrière, ainsi que des caisses de matériel et nombres de gravats, sur la rivière gelée située juste en dessous. Elles eurent à peine le temps de se remettre de cette chute qu'une ombre surgit du sol.

« _ Restez en arrière, je m'en charge ! » hurla Cassandra mais des lors qu'elle chargea le démon, un second apparût bien décidé à charger la jeune femme désarmée irradiant de magie.

_ Allez approche, susurra-t-elle ne craignant pas la témérité du démon. Moi aussi j'ai des amis. Affichant un sourire sournois elle écoutait patiemment les bruissements d'ailes se rapprocher.

Au-dessus du champ de bataille une silhouette aviaire transportait un objet longiligne. Reconnaissant sa maîtresse il plongea vers elle.

_ Dirth ! cria la mage. En entendant son nom l'oiseau largua sa marchandise. Tendant son bras vers le ciel, l'apostate récupéra son précieux bâton, un manche de bois sombre qui se terminait par de petites branches qui s'enfonçait dans la base d'un cristal crépitant d'énergie. Ce fût la dernière image qu'eût le démon du monde physique.

_ Lâchez votre arme tout de suite, intima Cassandra, son ennemi vaincu et son épée pointée maintenant vers la prisonnière désormais armée.

_ Vous ne pouvez pas désarmer un mage, répondit-elle calmement.

_ C'est censé me rassurer ?!

_ Je dois pouvoir me défendre si vous voulez que je vous aide.


Dernière édition par lorenal666 le Mer 11 Fév - 13:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mar 27 Jan - 21:39

_ Vous avez raison, je ne peux pas nous défendre toutes les deux, soupira la guerrière en rengainant son épée.

Comme pour marquer la fin du combat, un corbeau d'un fort beau gabarit alla se posé sur l'avant bras que lui tendait sa maîtresse.

_ D'où sort cet oiseau ?

_ C'est Dirth, un esprit de notre monde, dit bonjour Dirth ! Le corbeau croassa en déployant légèrement ses ailes.

_ Un esprit de notre monde ? Mais qu'est-ce que vous-

_ Pas le temps pour les questions, sachez simplement qu'il me permet de voir à travers lui, d'ailleurs... Elle tourna la tête vers l'oiseau, vas survoler le temple, je veux savoir ce qui nous attend, l'oiseau s'envola aussitôt.

_ Vous n'êtes pas une mage comme les autres, affirma la guerrière.

_ J'ai un nom vous savez.

_ C'est vrai, comment vous appelez-vous ?

_ Enfin ! Je me demandais si vous me considériez comme une personne. Cependant, quand on demande le nom d'une personne il est de coutume de se présenter en premier lieu.

_ Je suis Cassandra Pentaghast, Chercheuse de la Chantrie.

_ Et je suis Alyssa, apostate de Féréldenne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mer 28 Jan - 23:13

Chapitre 2 : Braver la Brèche


Durant l'heure qui suivit, Alyssa et Cassandra avancèrent tant bien que mal sur des terrains accidentés, suite à la destruction de la route principale, allant des pentes enneigées aux lacs gelés. Vraisemblablement elles étaient sur le bon chemin, le nombre croissant des démons indiquait qu'elles s'approchaient de l'épicentre du cataclysme. Finalement, elles arrivèrent au pied d'une série de vieilles marches en pierre allant jusqu'à une falaise quelque mètres plus haut.

« _ J'entends des chocs métalliques là-haut.

_ Ils doit s'agir de mes hommes, nous devons les aider, lança la Chercheuse en pressant le pas.

_ Ils ont été formés à lutter contre les démons ? Le ton ironique de la mage lui permettait de dissimuler son inquiétude, affronter un démon était déjà une tâche ardue pour un mage ou un templier et elles n'avaient rencontrées que des démons mineurs jusqu'à présent. »

Pour seule réponse la guerrière se mit à courir de toute force. « Si je peux les sauver ... ne serait-ce qu'une vie ... » pensa-t-elle, sa prisonnière la précédait de peu, le cristal de son bâton s'entourait d'arcs électriques, elle préparait déjà son prochain sort. Elles rejoignirent le combat, entre les vestiges d'une ancienne structure en pierre des hommes et femmes faisaient face à trois ombres, une poignée de cadavre tapissait le sol. À cette vue Cassandra chargea l'ennemi le plus proche, bouclier en avant, mais avant de l'atteindre un éclair bleuté passa près de son flanc droit et transperça sa cible de part en part, le terrassant avant de rebondir sur les deux autres démons. Privée de sa cible la guerrière se rua se l'ombre qui venait de vaincre les deux derniers soldats, au même moment Alyssa joignis ses forces à celles d'un mage elfe et d'un arbalétrier nain, tout en surveillant du coin de l’œil la déchirure du voile duquel semble venir les esprits corrompus.

« _ C'était le dernier, elle jeta un bref coup d’œil à Cassandra qui avait triomphé de son adversaire, que fait-on maintenant ? »

Elle eût à peine le temps de reprendre son souffle que l'elfe lui empoigna le bras gauche, la douleur de ce dernier reflua vers la marque qui déchargea sa magie sur la faille. Tel le fil d'une aiguille elle raccommoda la déchirure, privant ainsi les démons d'une voie d'accès vers le monde mortel.

« _ Comment avez-vous fait ? La douleur semblait s'être atténuée.

_ Je n'ai rien fait, l'elfe sourit légèrement, ce n'est que vous.

_ Alors je peux aider.

_ Et moi qui me réjouissait à l'idée de massacrer des démons jusqu'à la fin de mes vieux jours. Varric Tethras, voleur, conteur et accessoirement colleur de basques. Il termina sa phrase par un clin d'oeil à l'attention de la Chercheuse qui lui répondit par un grognement.

_ Vous avez oublié auteur à succès !

_ Ah une admiratrice ! Je comprend mieux l'empressement de la Chercheuse à vous mettre aux fers !


Dernière édition par lorenal666 le Jeu 29 Jan - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mer 28 Jan - 23:15

_ Navré de vous décevoir mais je n'ai pas lue vos ouvrages, les actes de votre ami Héraut et de vos compagnons ont eût un tel impact qu'ils ont attirés l'attention des esprits de l'Immatériel, les souvenirs de ces événements y sont vivace, j'ai vu de mes propres yeux la chute du Chevalier-Capitaine Mérédith.

_ Les mages, vous savez que c'est ce genre d'attitude qui ruine les honnêtes gens ?

_ Dit le voleur-conteur. Je suppose que ce bijoux de technologie est la fameuse Bianca ?

_ Vos esprits ne sont pas tous timbrés il faut croire, dit-il en souriant.

_ Ils font des amis loyaux pour ceux qui comprennent leur nature Maître Tethras, l'elfe au crâne imberbe se tourna vers Alyssa, je m'appelle Solas, c'est une plaisir de vous revoir en vie.

_ Ce qu'il veut dire c'est qu'il a empêché votre marque de vous tuer dans votre sommeil.

_ Alors je vous dois la vie, je vous remercie. Le combat lui avait valu quelques entailles et la bande de tissu à la base de sa queue de cheval avait cédé laissant sa chevelure aux amples boucles ébène cascader par-dessus ses épaules. Heureuse de voir que je ne suis pas la seule à ne pas fuir les phénomènes anormaux.

_ Solas est un apostat tout comme vous, expliqua Cassandra.

_ Techniquement tout les mages sont désormais apostat Cassandra. Il se tourna vers sa consœur, vous m'intriguez pour tout vous dire, il émane de vous un pouvoir qui m'est inconnu. Il se retourna vers Cassandra, je préfère vous avertir Chercheuse, malgré mes doutes passé je suis catégorique, la magie de votre prisonnière est d'une nature différente de celle à l'origine de la Brèche.

_ Je vois mais la marque a fonctionné sur cette faille, est-ce qu'elle pourrait faire de même avec la Brèche ?

_ Possible, je ne vois qu'un moyen d'en avoir le cœur net.

_ En parlant de la Brêche, Cassandra, Dirth doit survoler le temple à l'heure qui l'est, avec votre permission …

_ Et vous avez amenez un ami, formidable ! Plus on a de mages mieux c'est comme je le dis toujours.

_ Dirth est un esprit-corbeau d'après ce que j'ai compris, vous disiez que vous pouviez voir à travers lui, qu'entendiez-vous par là ?

_ Exactement ce que j'ai dit, Dirth et moi sommes liés et je peux exploiter ce lien pour voir à travers ses yeux, ce qui m'est fort utile puisque les oiseaux ont une vue bien plus perçante que la notre, vous pouvez considérer ça comme une forme de double-vue. Elle s'assit en tailleur et, avant d'entrer en transe, conclu ses explication, pour information mes yeux deviendront entièrement noir pendant toute la durée du sort, c'est normal et j'apprécierais que vous ne me tranchiez  pas la tête.

_ Je tâcherais de me contenir, répondit Cassandra. »


Dernière édition par lorenal666 le Jeu 29 Jan - 12:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mer 28 Jan - 23:17

Sitôt la discussion terminée Alyssa ferma ses yeux et se concentra sur le lien évoqué plus tôt, il ne s'écoula que quelque secondes avant qu'ils ne se rouvrent lentement. Comme elle l'avait prédit ses yeux s'était recouvert d'un voile sombre, ses compagnons la crûrent inconsciente mais un soupir vint les détromper.

« _ C'est comme vous l'aviez dit Cassandra.

_ Vous voyez vraiment le temple ?! Est-ce … est-ce que vous voyez la Divine ? S'exclama la guerrière.

_ Non, je suis désolé Cassandra mais je ne vois que des corps calcinés, il m'est impossible de les distinguer et …

_ Qu'y a-t-il ? S'inquiéta l'elfe.

_ Vos informations sont incomplète Cassandra, le temple n'est pas seulement dévasté, il est aussi infecté.

_ Infecté ? Mais par quoi ? La chercheuse se demandait comment la situation pouvait encore empirer.

_ Par du lyrium … Elle ferma les yeux afin de mettre fin à la transe et conclua sa phrase par un mot : rouge.

_ Quoi ? Vous devez vous trompé, dit Varric dans un rire nerveux.

_ Comme je vous l'ai dit, Dirth a une meilleure vue que nous.

_ Merde, le nain conteur venait de résumer tout les événements de la journée en un mot, vous parlez d'une journée.

_ Nous ne sommes plus à un danger près, dit la mage.

_ Raison de plus pour retrouver Léliana au camp avancé, nous n'avons que trop tardé.

_ Avec de la chance ses agents nous ont mâchés le travail, dit le nain s'efforçant d'oublié les dernières révélations.

_ Non Varric, je comprend que vous vous sentiez responsable mais-

_ Non vous ne comprenez pas Chercheuse, et avez-vous vu vos hommes dans la vallée ? Ils ne contrôlent plus rien, vous avez besoin de moi.

_ Cassandra, sans vouloir vous offenser, étant donné la situation vous ne pouvez pas vous permettre de refuser l'aide de qui que ce soit.

_ Très bien, concéda la guerrière dans un soupir, hâtons maintenant. »


Dernière édition par lorenal666 le Mer 11 Fév - 13:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mer 28 Jan - 23:18

Entre deux démonicides, les quatre compagnons durent faire une pause pour panser leurs blessures et reprendre des forces, Alyssa venait de vider une fiole de potion curative semant ainsi le trouble dans l'esprit de Solas.

« _ Pourquoi n'utilisez-vous pas la magie pour vous soigné, au lieu de vous reposer sur l'alchimie ?

_ Je suis incapable de pratiquer les arts curatifs, ne me demandez pas pourquoi c'est comme ça, c'est tout.

_ Donc si l'un de nous est gravement blessé … hasarda Cassandra.

_ Je n'aurais qu'un soutien moral à fournir, l'interrompit sèchement l'intéressée.

_ C'est étrange, la magie est inconstante par nature, elle devrait prendre la forme que vous souhaitée lui donner.

_ Chacun ses lacunes, j'ai le droit d'avoir les miennes, répondit-elle agacée.

_ Joyaux a raison, et puis comment peut-on mourir quand on a de tels yeux braqués sur nous, rétorqua Varric.

_ Joyaux ? Original. Elle et ses compagnons se relevèrent. Il est temps de rejoindre votre fameux camp avancé.

_ Au fait Joyaux.

_ Oui Varric ?

_ Que voulais le Collectif ?

_ Le Collectif ?

_ Le Collectif des mages, je me doute que cette guerre n'arrange pas vos affaires mais-

_ Je vous arrête tout de suite Varric, je n'ai aucun lien avec le Collectif. Je connais effectivement un groupuscule composé en partie de mages mais se sont des chercheurs pas des … fugitifs.

_ Et que recherche vos amis exactement ? La suspicion de la Chercheuse revint au galop.

_ Je vous réciterais l'intégralité de ma biographie avec joie une fois que l'on s'en sera sortit. »

Arrivant enfin à la porte menant au campement des soldats essayaient tant bien que mal de repousser des démons tout juste sortis d'une nouvelle faille. Réagissant d'instinct, Cassandra chargea, concentrant l'attention des ennemis sur lui, soutenu par les barrières de Solas et les tirs de Varric, pendant ce temps Alyssa contourna les démons afin de se rapprocher de la faille. Se remémorant ce qu'elle avait ressentit avec la première faille et de nouveau déchargea son pouvoir sur la déchirure mais cette fois-ci la marque ne se contenta pas de refermer la faille, elle l'a fît aspirer les démons qui en était sortis avant d'imploser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mer 28 Jan - 23:20

Après que Cassandra l'ai aidé à se relever, les quatre compagnons rejoignirent Léliana, alors en pleine discussion houleuse avec un homme portant une bure Chantriste.

« _ Il suffit, vous avez causez assez de problème comme ça !

_ Moi ?! J'ai causé des ennuis?!

_ Vous, Cassandra, Sa Sainteté !

_ Rejeter la faute sur les autres ne refermera pas la Brèche, affirma Alyssa.

_ C'est à vous que nous la devons cette Brèche ! Hurla l'homme ecclésiastique. Chercheuse, qu'est-ce qui vous a pris de libérer cette meurtrière ?!

_ Nous n'avons aucune preuve appuyant cette théorie, rétorqua Léliana.

_ J'ai refermé deux failles sur la route, si jamais ça vous intéresse, ironisa Alyssa.

_ C'est exact, confirma Cassandra, et elle est probablement capable de refermer celle du Saint Temple Cinéraire.

_ Et nous devrions lui faire confiance ? Je vous ordonne de la remettre dans sa cellule, elle doit être conduite à Val Royaux pour y être jugée.

_ Vous m'ordonnez Chancelier ? Vous n'êtes qu'un commis et elle, notre seule moyen de restaurer le ciel !

_ Vos hommes sont à bout, renoncez à cette folie avant que d'autres n'y perdent la vie, implora le chancelier.

_ Nous avons besoin des soldats pour nous couvrir jusqu'au temple, c'est le chemin le plus rapide.

_ Mais pas le plus sûr, ils pourraient attirer l'attention de l'ennemi pendant que vous passez par les tunnels.

_ Nous avons perdu tout contact avec les éclaireurs qui y ont été envoyé. La Chercheuse se tourna vers la mage. Qu'est-ce que vous préférer ?

_ Je préfère limiter les pertes humaines.

_ Alors nous irons sous le couvert des soldats.

_ Vous regretterez votre décision chercheuse, vociféra le chancelier. »

Par la suite le groupe traversa un camp de blessés avant de rejoindre un autre groupe de soldats au prise avec des ombres. Il ne fallut pas longtemps pour en venir à bout mais à peine les combattants eurent le temps de se rassembler que deux cauchemars surgirent et se jetèrent sur un homme en armure lourde ornée d'étoffes rouges brodées d'or. Cassandra chargea l'un d'eux suivit d'un déluge de sorts et de flèches, pendant ce temps Alyssa poussa le guerrier sur le point de subir un coup fatal du second démon, cette dernière subie l'attaque à sa place, lui infligeant une entaille sur le flanc droit, répandant un arc de sang sur le sol entre elle et l'ennemi et elle tomba sur le sol.


Dernière édition par lorenal666 le Jeu 29 Jan - 13:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mer 28 Jan - 23:22

Ayant triomphé de leur  adversaire Cassandra, Solas et Varric virent avec effroi le cauchemar restant chargé la mage à terre, la scène trop loin pour qu'ils puissent intervenir à temps. Mais pour la deuxième fois la chercheuse vît les iris améthyste d'Alyssa s'illuminer, et le démon freina subitement sa charge. Baissant la tête ce dernier constata qu'un pic de glace, sortit du sang qu'il venait de répandre, traversait à présent son torse, et la magie gela petit à petit l'intégralité de son corps.

« _ Médecin, couina la mage.

_ J'arrive ! Solas se rua vers la blessée pour panser sa plaie à l'aide de sa magie.

_ Vous êtes folle, vous auriez pu mourir !

_ J'ai connu pire, et le soldat ?

_ Je vais bien, l'homme aux courts cheveux blonds inclina légèrement la tête en direction de la mage, je vous doit la vie.

_ De rien maintenant fermons cette fosse à démons, elle regarda la faille, se concentra sur la marque et la fît imploser.

_ Vous allez bien Joyaux ? Vous avez mauvaise mine, remarqua Varric.

_ Ça va, elle respirait difficilement, il reste beaucoup de démons ?

_ Non, c'était la dernière faille dans les environs, répondit le guerrier.

_ Alors je pourrait récupérer en chemin.

_ Cullen, rassemblez vos hommes et sécurisez l'accès au temple, je l'y escorte.

_ Que le Créateur vous protège, Cassandra. »

Se pressant vers le temple ils furent accueillis par un corbeau tranquillement installé sur une rambarde de pierre.

« _ Dirth ! Revoir son vieil ami requinqua quelque peu la mage.

_ Cassandra ! Léliana venait d'arriver avec ses archers.

_ Léliana, ordonnez à vos hommes de cerner le temple. Celle-ci s'exécuta.

_ Vous aviez raison Joyaux, Varric pointa du doigt un gisement d'un étrange minerai rouge, comment ça a pu se retrouver ici ?

_ La magie à l'origine de la Brèche a due l'imprégné et le corrompre, déduisit Solas.

_ Étant donné l'hécatombe que cette magie à provoquée, c'est fort probable, ajouta Alyssa.

_ Amenez la sacrifié, dit une voix rauque.

_ Qu'est-ce que c'est que ça ? Demanda Cassandra.


Dernière édition par lorenal666 le Mer 11 Fév - 14:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mer 28 Jan - 23:24

_ La personne responsable de la Brèche je suppose.

_ Au secours ! À l'aide ! Dit une voix féminine et éthérée.

_ C'est la voix de la Divine Justinia ! Clama Cassandra.

Ils arrivèrent au fond des ruines face à une faille plus grande que ses sœurs. Les voix éthérées reprirent.

_ Que se passe-t-il ici ? Cette troisième voix ressemblait à celle d'Alyssa.

_ Allez chercher de l'aide, vite !

_ Sa Sainteté à fait appel à vous mais- la chercheuse n'eût pas le temps de terminer sa phrase, la faille fût remplacer par une scène fantomatique. Une femme vêtu d'une riche robe Chantriste était suspendu au-dessus du sol, face à elle une sombre silhouette massive lui faisait face.

_ Au secours ! À l'aide ! Supplia la femme.

_ Que se passe-t-il ici ? Une Alyssa fantomatique venait d'entrée dans la pièce.

_ Nous avons une intruse, la silhouette à la voix rauque pointa la mage du doigt, tuez la sang-mêlée !

La scène s'estompa et le groupe se retrouva de nouveau dans les ruines du Saint Temple Cinéraire.

_ La Divine ! La chercheuse se tourna vers la mage. Est-ce qu'elle est en vie ? Est-ce que cette vision était vrai ? Qu'est-ce qu'on voit là ?!

_ Je ne m'en souviens pas, répondit-elle confuse.

_ Se sont des souvenirs de ce qui c'est passé ici, expliqua Solas, l'Immatériel s'infiltre dans cet endroit. La faille n'est pas fermée mais elle est scellée, je pense que la marque peux l'ouvrir pour  ensuite la refermer correctement mais cela risque d'entraîner des réactions de l'autre côté.

_ Autrement dit, des démons !

_ J'espère réussir, c'est un gros morceau.

Léliana et ses archers s'était répartis sur les plate-formes en hauteur. Alyssa se focalisa sur la marque, heureusement ouvrir une faille n'est pas aussi éprouvant que de la fermer. Sitôt la déchirure ouverte une immense masse grise en sortit.

_ Autant pour moi, ça c'est un gros morceau ! Dit la mage face au démon de l'orgueil. »


Dernière édition par lorenal666 le Mer 11 Fév - 14:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mer 28 Jan - 23:24

Le démon balayait le champ de bataille à l'aide de deux fouets électrique. Cassandra focalisait son attention pendant que Léliana et ses archers enchaînaient leurs tirs, hélas la peau épaisse du démon le protégeai des projectiles. Alyssa était affaiblit par tout ces combats et ces failles, tout comme ses compagnons. Elle se concentra sur le bouclier de la chercheuse et y fît apparaître une marque lumineuse, la guerrière ne la remarqua pas contrairement à Varric et Solas.

« _ Solas ! Gelez  le sol à ses pieds ! J'ai besoin de glace !

Le mage s'exécuta. Le démon ne tituba même pas mais ce n'était pas ce qu'Alyssa voulait, elle se concentra sur les plaques de glace. Des filaments cristallins en jaillir et s'enroulèrent autour du bras droit du démon,  il le secoua vivement, les filaments craquèrent mais pénétrèrent tout de même sa peau pendant que d'autres continuaient de jaillir. Il suffit de quelques secondes pour que tout le membre se soit changé en glace, se dernier s'écrasa au sol à cause de son poids accrût se fissurant au passage.

_ Cassandra ! Hurla-t-elle.

La guerrière donna un violent coup de bouclier sur le membre gelé qui vola en éclats. De la marque apposée dessus surgit Alyssa qui se réceptionna sur la tête de la bête. Brandissant son bâton, d'étranges arabesques de lumière bleu, tout comme ses yeux, apparurent sur sa main nue. Son bâton s'embrasa d'un feu mystique avant de traverser la tête du démon, des craquelures, exultant des flammes bleus, partirent de la blessure pour se répandre sur tout son corps. Alyssa roula sur le sol pendant que le démon disparaissait dans les flammes.

_ Maintenant ! Fermez la faille ! Hurla Cassandra.

Alyssa se concentra sur la marque mais cette fois-ci la faille semblait échapper à son pouvoir, elle finit par disparaître dans une décharge d'énergie qui balaya les ruines.

_ Joyaux ! Cria Varric. »

La mage à bout de force sombra dans l'inconscience.

***

La jeune elfe devait se hâter de déposer les herbes médicinales dans la chambre de la patiente. Si elle tardait trop elle risquait de se faire réprimander. En entrant dans la pièce elle pris soin de ne pas faire de bruit mais lorsqu'elle prit conscience de son environnement elle lâcha la caisse qu'elle transportait.

« Oh non ! Je dois prévenir Dame Cassandra ! »

La domestique se rua à l'extérieur prévenir ses supérieurs, laissant derrière elle la chambre de convalescence … vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mar 3 Fév - 18:46

Chapitre 3 : Les caprices du destin

Elle se relue soigneusement, s'assurant qu'elle n'en dise ni trop ni trop peu, avant de rouler le message pour le ranger dans l'étui en cuir fixé à la patte droite du corbeau. L'oiseau s'était occupé en nettoyant le plumage de ses ailes, fier de son allure et désormais en possession de son colis il scruta sa maîtresse qui n'avait pas dit un mot depuis son réveil. La Chercheuse Pentaghast l'avait ramenée à Darse lorsque celle-ci était encore inconsciente, cette fois-ci ce n'était une cellule sombre et froide mais une chambre pourvue d'une cheminée qui attendait Alyssa, de même que les réfugiés et les fidèles de la défunte Divine, qui il y a peu lui lançaient des regards emplis de haine et de peur, la voyaient dorénavant comme une sauveuse envoyé par leur Créateur. « Décidément le cœur des hommes d'aujourd'hui est des plus inconstant. » se dit le familier. Lorsque la mage fût réveillée par un nouveau cauchemar cette dernière profita du ciel, qui passait du violet à l'orange, pour s'isoler sur une colline qui surplombait le village.

« _ Quand cela cessera-t-il ? Elle fixait la faille céleste, désormais stable au même titre que sa marque. Quand les hommes cesseront-ils de meurtrir le monde qui les a vu naître et grandir ?

_ Croâ !

_ Ne t'en fais pas, elle se tourna vers son ami pour lui adressé un sourire, je suis trop jeune pour me morfondre en regrettant le bon vieux temps. Maintenant pars avant qu'ils ne décident de m'enterrer.

_ Croâ ! Déployant ses ailes Dirth s'envola vers l'horizon. »

Après une dernière minute consacré à la Brèche Alyssa s'en retourna à la chantrie du village, sa "disparition" allait aggraver la tension si elle s'éternisait. Retombant derrière le modeste rempart de bois elle marcha tranquillement jusqu'au plus haut niveau du village, sous les yeux stupéfait des habitants et des soldats. Alors qu'elle s'apprêtait à franchir la porte de la chantrie une voix familière l'interpella.

« _ À votre place j'aurais pris mes jambes à mon coup Joyaux. Varric se tenait derrière elle, un sourire en coin.

_ J'ai promis à Cassandra de lui raconté ma vie, je ne voudrais la décevoir, ironisa la mage.

_ Pour le moment elle se fait passer un savon par la chancelier, si vous arrivez comme une fleur au milieu de leur prise de bec vous risquez de vous retrouver prise entre deux feux.

_ Cassandra m'a fait confiance, si je pars elle deviendra la complice d'une meurtrière et une traîtresse à la Chantrie, qui plus est il me semble que ceci est l'unique moyen connu pour restaurer le Voile. Elle agita sa main droite pour illustrer ses propos.

_ Comme l'on pouvait s'y attendre de l'héroïne de Darse ! Clama le nain.

_ Il n'y a rien d'héroïque à avoir une conscience. Tout en concluant la conversation d'un ton grave elle pénétra dans le lieu saint.

« Cette petite n'est peut être pas là par hasard » se dit-il tout en sortant un calepin de sa poche, afin de noter la dernière phrase de la jeune femme. Si jamais il écrivait un livre sur les récents événements il n'aurait peut être pas besoin d'ajouter sa touche personnelle cette fois-ci.


Dernière édition par lorenal666 le Sam 7 Fév - 15:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mar 3 Fév - 18:48

« _ Elle doit être conduite à Val Royaux pour être jugée par la nouvelle Divine ! Vociféra le chancelier de l'autre côté de la porte.

_ Je ne crois pas qu'elle soit coupable. Cette fois-ci il s'agissait de la voix de Cassandra, elle restait calme face à son interlocuteur visiblement.

_ La prisonnière a échoué Chercheuse. La Brèche est toujours là, si ça se trouve c'est exactement ce qu'elle voulait.

_ Je n'y crois pas.

_ Ce n'est pas à vous d'en décider. Votre devoir est de servir la Chantrie.

_ Mon devoir, comme le vôtre chancelier, est de servir les principes sur lesquels la Chantrie a été fondée.

Alyssa pénétra alors dans la pièce, se retrouvant avec un templier sur sa droite et un autre sur sa gauche, des Chevaliers au minimum d'après les ailettes de leurs heaumes. Le chancelier et Cassandra était autour d'une table en bois ainsi que Léliana. Mais elle n’eût pas le temps de les examiner minutieusement avant que l'homme d'église ne passe sa colère sur elle.

_ Enchaînez-la. Je veux qu'on la prépare pour son procès à la capitale.

_ N'en faites rien. Laissez-nous, ordonna la Chercheuse, les deux templiers obéirent. Vous êtes revenue ! S’exclama-t-elle soulagée.

_ J'ai dit que je vous aiderais à fermer la Brèche, ce qui reste à faire il me semble, à moins que ma présence ne vous indispose, auquel cas je me ferais un plaisir d'accompagner le chancelier à Val Royaux.

_ Enfin quelqu'un de raisonnable, ironisa l'ecclésiastique.

_ Il arrêtera peut être de hurler dans ce lieu dédié à la prière ? L'intéressé grogna faiblement.

_ Non, votre aide est la bienvenue, Cassandra semblait se détendre, mais je craint que la Brèche ne soit pas la seule menace.

_ Quelqu'un a provoqué l'explosion au Conclave. Léliana rejoignit le débat. Quelqu'un que Sa Sainteté ne soupçonnait pas. Peut-être qu'il est mort avec les autre... ou qu'il a des alliés encore en vie.

_ Vous me soupçonnez, moi ? Rétorqua le chancelier.

_ Vous et beaucoup d'autres !

_ Mais pas la prisonnière ?

_ J'ai entendu les voix au temple. La Divine l'a appelé à l'aide.

_ Et je n'ai pas été capable de protéger sa seule vie, dit Alyssa d'une voix fébrile, à votre place je ne baserai mon jugement sur ces seules voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mar 3 Fév - 18:51

_ Et d'après vous sa présence au Conclave, cette marque sur sa main, tout cela n'est qu'un coïncidence ? Demanda-t-il en ignorant l'apostate.

_ Non, c'est la Providence. Le Créateur l'a envoyé nous aider dans cette épreuve.

_ Doucement Cassandra, je crois également que ma survit n'est pas due au hasard mais n'allez pas me coller l'étiquette d’Élue divine, je fais de la magie pas des miracles.

_ Qu'importe ce que l'on croit, on ne peut pas nier que vous étiez exactement ce dont on avait besoin à ce moment-là. La Chercheuse s'en alla chercher un objet au fond de la pièce.

_ La Brèche est toujours là et votre marque est notre seul espoir de la refermer.

_ Ce n'est pas à vous de décider !

Cassandra revint et posa brutalement un livre épais sur la table, sur sa couverture un soleil et un œil superposés.

_ Vous savez de quoi il s'agit, chancelier ? D'une ordonnance de la Divine qui nous autorise à agir. Cassandra prit un ton solennel. À partir de maintenant, je déclare la renaissance de l'Inquisition. Tout en avançant vers Roderick elle déclara : Nous refermerons la Brèche, nous trouverons les responsables et nous rétablirons l'ordre. Avec ou sans votre approbation. Sans dire un mot, le chancelier quitta la pièce mais il était clair pour les trois femmes qu'il n'en resterai pas là.

_Telles sont les instructions de la Divine, continua Léliana : trouver ceux qui acceptent de se dresser face au chaos, et refonder la première Inquisition. Elle se tourna vers Cassandra. On est pas prêts. On a ni dirigeant, ni effectifs, ni le soutien de la Chantrie.

_ Nous n'avons pas le choix non plus. On doit agir immédiatement. Cassandra se tourna vers la mage. Avec vous à nos côtés.

_ Vous êtes en train de me demander de vous rejoindre après que ayez clamé haut et fort la renaissance d'un ordre créé par des fanatiques qui convertissaient les gens de forces et rasaient des villages entier "d'hérétiques" ?! Je refuse de faire couler le sang d'innocents !

_ Et ce n'est pas ce que nous vous demandons, rétorqua Léliana.

_ Le but de l'Inquisition est toujours de rétablir l'ordre mais nous le ferons selon nos méthodes. La chercheuse comprenais sa réaction et ne pouvait que la rassurer.

_ Si vous voulez vraiment rétablir l'ordre... Alyssa pris une profonde inspiration, je vous aiderais, elle leva la main pour signaler qu'elle n'avait pas tout dit, en tant qu'alliée de l'Inquisition et lorsque j'estimerais que mon aide ne sera plus nécessaire, et que les morts cesseront de s'entasser, je m'en irais. Je ne peux m'engager advitam eternam auprès de qui que se soit.

_ Nous ne pouvons vous en demander plus, dit Cassandra en scellant cette accord d'une poignée de main. »


***


Dernière édition par lorenal666 le Sam 7 Fév - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mar 3 Fév - 18:52

Après que les soldats survivants se virent chacun attribuer leurs nouveaux ordres et que le nouvelle de l'instauration d'une "Inquisition" ai été véhiculée dans les villes alentours, Alyssa suivit Cassandra dans la Chantrie. Cette dernière du s'occuper de l'aspect militaire et administratif de l'organisation mais désormais tout était prêt, du moins vu les circonstances, il ne restait plus qu'à décider de leur première action. Tout en marchant, la mage ne put s'empêcher de regarder sa marque.

« _ Ça vous gène ?

_ J'aimerais savoir m'en servir surtout.

_ Vous avez réussit a stabiliser la Brèche et la marque ne menace plus votre vie, cela est déjà une victoire en soi. Vous nous avez offert le luxe du temps , et Solas pense qu'une deuxième tentative pourrait aboutir, à supposer que la marque ai encore des forces. Cassandra se tue un instant avant de reprendre : le genre de puissance qui a ouvert la Brèche. Ça ne vas pas être facile à trouver.

_ Ne voudrait-il mieux pas trouver des informations sur cette magie avant de faire des expériences ?

_ Et c'est moi qu'on traite de pessimiste ?

Les deux femmes entrèrent dans la chapelle qui fût reconverti en salle d'état-major. Elles furent accueillies par Léliana, un homme, à l'armure ornée de soie rouge brodée d'or et de plumes noires, qu'Alyssa identifia comme le soldat pour lequel elle avait été blessé dans le Saint Temple. En revanche elle ignorait l'identité de la femme à la peau mate mais ses vêtements bleu et or laissait à penser qu'elle n'était pas une combattante. Tout trois se tenaient derrière la table sur laquelle l'on avait posé deux cartes qui représentaient respectivement Orlaïs et Féreldenne.

_ Je vous présente le commandant Cullen, qui dirige les forces de l'Inquisition.

_ Heureux de vous revoir en vie, l'homme adressa un sourire à la mage, vous ne vous êtes pas ménagée dans le temple.

_ Voici dame Joséphine Montilyet, notre ambassadrice et chef de la diplomatie.

_ J'ai beaucoup entendu parler de vous. Ravie de vous rencontrer. Elle avait un ravissant accent Antivan.

_ Et bien sûr, vous connaissez Léliana.

_ Je connais tout les compagnons de Lyra Cousland, d'ailleurs je tiens à vous remercier.

_ Me remercier ? demanda la barde.

_ Peu de gens auraient pris le temps de protéger les habitants du Bas-Cloître alors qu'un Archidémon surplombait la cité. J'ai beau n'y avoir vécu qu'un an, ça fait plaisir de voir qu'on ne les a pas oublié.

_ Vous avez vécu dans un Bas-Cloître, s'étonna l'ambassadrice.

_ Je suis une demi-elfe, après tout.

_ C'est pour ça que la voix dans le temple vous a traité de sang-mêlée, compris Cassandra.


Dernière édition par lorenal666 le Mar 21 Avr - 14:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mar 3 Fév - 18:54

_ En effet mais je me demande comment il l'a su, ce n'est pourtant pas aussi évident que des oreilles pointues.

_ Cette information risque de nous poser des problèmes, après vos exploits aux Saint Temple Cinéraire le peuple a commencé à vous surnommer la messagère d'Andrasté, vous, une apostate. Cela effraie la Chantrie.

_ Je ne suis pas une "Élue" ! Pesta-t-elle.

_ Étant donné le pouvoir que vous avez utilisé devant les soldats, je craint que vous ne puissiez vous débarrasser de ce titre, fit remarquer Léliana.

_ Ce qui serait absurde, rétorqua la Chercheuse.

_ Ne considérez pas la foi des gens comme un simple pion ou vous risquez de finir au gibet, prévena la mage. Ils s'accrochent à un faible espoir susceptible de s'éteindre au moindre coup de vent.

_ Au moins vous n'abuserez de votre "statut", se réjouit Léliana.

_ Quoiqu'il en soit les prêtresses ont criées au blasphème et ont accusées l'Inquisition d'hérésie pour vous avoir abritée.

_ J'ai surtout l'impression de leur servir d'excuse, maugréa-t-elle.

_ Effectivement, elle nous auraient censurées d'une façon ou d'une autre, approuva le soldat.

_ Et elles n'hésiteront pas à agiter vos origines sous le nez de leurs fidèles pour conserver leur influence.

_ J'ai toujours été fier de mes origines, qui plus est il y a bien d'autres informations me concernant qui risquent de se retourner contre nous si l'on ne prend pas les devants.

_ Vous faites allusion à l'esprit qui vous accompagne ou à vos amis apostats, demanda Cassandra.

_ Un esprit ? S'exclamèrent Cullen et Joséphine.

_ Dirth était un être vivant autrefois mais en raison de ses actes et de sa volonté il a pu renaître en tant qu'esprit gardien. Enfin c'est plus compliqué et il y a plusieurs cas différent mais en gros, c'est ça. Tout ce que vous avez à retenir c'est qu'il n'est pas un démon.

_ Vous dites qu'il y a des esprits parmi nous qui ne viennent pas de l'Immatériel ? Jamais, malgré toutes les années passées au sein de l'Ordre, je n'ai entendu pareil histoire. Cullen avait de la peine à croire cette mage sortie de nulle part.

_ Cela n'a rien d'étonnant, il y a bien longtemps la magie abreuvait ce monde de ses bienfaits mais avec les guerres incessantes et la diabolisation des mages elle s'est raréfiée, sans compté que les gens ont finis par les oubliés, obnubilés qu'ils étaient par la Chantrie et les démons de l'Immatériel. Au final, ils devinrent incapable de se manifester ou peut-être qu'ils ne veulent plus avoir à faire aux mortels, je ne peux leur reprocher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mar 3 Fév - 18:56

_ C'est une théorie assez exubérante, je suppose que vous n'avez aucune preuves, demanda la Chercheuse.

_ Aucune, en effet, mais étant donné que l'Histoire, transmise par une organisation religieuse et politique, se résume actuellement à ces mille dernières années, vous n'êtes pas en mesure de me contredire, rétorqua Alyssa qui semblait préparée à toutes les questions.

_ À vrai dire, je ne trouve pas cela aussi improbable que vous Cassandra, déclara Léliana. Durant l'Enclin j'ai rencontré un esprit pour le moins particulier. L'archiviste d'un clan dalatien dans la forêt de Bréciliane, que la Reine rallia par la suite à l'effort de guerre, avait jadis enfermé un esprit dans le corps d'un loup blanc dans le but de se venger d'un groupe d'humains qui avaient tué sa famille, ces derniers devinrent des loups-garous et la malédiction se répandit au fil des siècles.

_J'avais entendu dire que vous aviez due affronter de tels monstres mais je pensais qu'il ne s'agissait que de l'exagération des conteurs, l'ambassadrice semblait captivée par le récit.

_ Justement, à notre grande surprise ces derniers, au lieu de nous attaquer à vue, tentèrent de nous dissuader d'aider les dalatiens et de rebrousser chemin.

_ Ils vous ont parlé ? Cullen et Joséphine buvaient les paroles de Lélina, cette dernière ne pu réprimer un sourire, il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas narrée d'histoires.

_ L'esprit, que les loups-garous appelaient Dame-Sylve, avait utilisée ses pouvoirs pour préserver leur esprit de la folie qui accompagnait leur malédiction. Au final elle sacrifia sa propre vie pour les en délivrer. Elle a fait preuve d'une telle humanité, je ne crois pas qu'il s'agissait d'un démon.

_ Quelle histoire ! C'est exactement le genre de chose dont la noblesse raffole mais personne ne croira que cela s'est réellement passé, Joséphine avait des étoiles dans les yeux après ce récit.

_ Je ne peux affirmer sa nature avec certitude, ajouta Alyssa, mais comme vous l'avez dit, un démon n'aurait pas agit de la sorte. Qui plus est, un esprit de l'Immatériel aurait été corrompu, si ce n'est détruit, par un tel rituel. Étant donné l'âge de la forêt et les événements qui y ont eus lieu, il est tout à fait possible qu'elle ai finit par acquérir une forme de conscience. Enfin, je digresse, cela ne nous aide pas vraiment. Mes "amis" en revanche pourraient nous être d'une aide précieuse mais avec la guerre ils sont dispersés aux quatre coins de Thédas. Et pour votre gouverne, Cassandra, ce ne sont pas des apostats mais des mages du Cercle supervisés par des templiers !

_ Des mages et templiers ensemble opérant dans le dos de la Chantrie ? Cela me rappel de mauvais souvenirs, grommela Cullen.

_ Ils se font appeler la Loge et se définissent eux-même comme une fraternité de mage. Ce qu'ils désirent s'est l'émancipation.

_ Comme c'est surprenant, railla le commandant.

_ Il ne s'agit pas de Libertaires, se sont des chercheurs qui ont pour but de trouver un moyen d'immuniser les mages à la possession démoniaque. La Chantrie n'aurais pas acceptée ça, le Cercle des mages et l'Ordre de templiers permet de légitimer son pouvoir politique aux yeux de peuple. Si l'on faisait une découverte que rend l'Apaisement obsolète, comment la Chantrie réagirait-elle selon vous ?


Dernière édition par lorenal666 le Sam 7 Fév - 15:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mar 3 Fév - 18:58

_ Quand les rumeurs concernant la réversibilité de l'Apaisement sont arrivées aux oreilles des Chercheurs de la vérité, leur réaction brutale mena au vote du Collège des mages dont le résultat fût la dissolution des Cercles, Cassandra savait parfaitement de quoi elle parlait.

_ Officiellement la Chantrie n'a pas cautionnée les actions du Seigneur Chercheur mais nul doute qu'elle s'est sentie menacée.

_ Après que la guerre ait éclatée, reprit la mage, la Loge cessa d'être disséminée dans les différents Cercles. Une partie des templiers restèrent auprès de la Chantrie pour maintenir l'ordre et protéger les rares mages loyaux, tandis que certains mages allèrent auprès d'amis qui avaient rejoint, volontairement ou non, les rangs des rebelles afin de s'assurer que ces derniers n'aggraveraient pas leur cas. Les autres devraient se rejoindre dans un réseau de grottes aménagées par ma mère de son vivant.

_ Donc, résuma Joséphine, vous avez des contacts au sein même de la Chantrie ainsi que chez les mages rebelles ?

_ Si j'arrive à établir le contact, oui. J'en envoyé Dirth comme messager, je ne peux qu'attendre sans retour.

_ Il y a autre chose que vous pouvez faire, rétorqua Léliana, une prêtresse de la Chantrie, Mère Giselle, a demander à vous parlez. Ses informations, ainsi que son soutien, pourrait nous être précieux.

_ Je me méfie, les prêtresses que j'ai rencontrées jusqu'à présent étaient soit des fanatiques, soit plus intéressée par la politique que par la prière.

_ Elle est connue pour son pacifisme et sa droiture, elle ne partage peut-être pas l'avais de ses sœurs. Vous la trouverez dans les Marches solitaires, non loin de Golefalois.

_ Tant que vous serez là-bas, saisissez la moindre occasion d'étendre l'influence de l'Inquisition, ajouta le commandant.

_ Nous avons besoin d'agents pour élargir notre portée au-delà de cette vallée, et vous êtes la mieux placée pour les recruter, continua l'ambassadrice.

_ En attendant, on ferait bien de réfléchir à d'autres solutions. Mieux vaut ne pas se reposer uniquement sur la Messagère, conclue Cassandra.

_ Ce serait sage, en effet, soupira Alyssa. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Lun 23 Fév - 19:11

Chaptire 4 : On n'abandonne personne


La chapelle fût débarrassée du dernier démon, malgré tout le silence régnant dans ce lieu saint avait quelque chose de dérangeant, comme si les esprits l'avaient désertés. Alyssa constatait avec tristesse la situation de Golefalois, alors même que le village avait survécut à une abomination et au cinquième Enclin, il était tombé aux mains d'un Magister de Tévinter, le Iarl Teagan fût chassé de son propre château et les mages rebelles sacrifièrent leur liberté pour obtenir la protection de l'empire du nord. Et à peine ses compagnons et elle assimilaient ce revirement de situation, un message officieux du fils du Magister les avait envoyé, pour leur parler de la menace qui pesait sur eux, dans ce bâtiment abritant une faille. Et voilà qu'un autre tévintide leur faisait face, captivé par l'effet de la marque qui venait de refermer la faille, aborda le groupe d'un ton jovial :

« Impressionnant ! Et comment sa marche au juste ? Vous ne savez pas, c'est ça ? Son visage au traits raffinés affichait un sourire qui n'était occulté que par une moustache travaillée.

_ J'ai trop vu des vôtres aujourd'hui pour vous accorder ne serait-ce qu'une partie de ma confiance, elle abaissa le cristal de son bâton vers le mage, que voulez-vous ?

_ Quelle agressivité ! Ce n'est pas bon pour la santé, il gardait son sang-froid, il était même désinvolte, vous allez vous faire des cheveux blancs ou pire, finir comme votre amie, il fit un clin d’œil à l'attention de la mage orlésienne à la peau sombre et au crâne rasé.

_ Je n'ai accorde aucun intérêt aux canons de beauté tévintide, rétorqua l’intéressée avant de tourner la tête en direction d'Alyssa, si j'étais vous je ne me fierais pas aux dires de cet énergumène, trésor.

_ Ma meilleure amie est une Tévintide, une minorité d'entre eux s'oppose à la corruption qui ronge leur patrie, tout en resserrant sa poigne sur son bâton le cristal de ce dernier s'illumina, mais elle a gagnée ma confiance, elle.

_ Holà ! Du calme ! Vous voulez des réponses à vos questions, non ? Je peux vous en donner, dit-il tout en gardant son sourire.

_ Très bien, la Messagère sourie légèrement, quels sont les intentions du Magisterium ?

_ Alexius n'agit pas pour le compte du Magisterium, plus maintenant.

_ Vous voulez me faire croire que le Magisterium ignore que l'un de ses membre a investit une ville du Sud ? Et qui êtes-vous si vous n'êtes pas là pour leur compte, un simple mage en voyage d’agrément ?

_ Je ne suis pas un simple mage, dit-il en faisant mine d'être outré, je me présente : Dorian de la Maison Pavus, je suis un Altus, excusez du peu.

_ Ah... Un descendant des fondateurs de l'empire en personne, ô joie, dit-elle sans conviction avant de se tourner vers une elfe qui n'accordait visiblement aucune valeur au Titres, c'est un Noble, Sera.

_ Foutre-ciel, jura l'archère qui méprisait les nobles et craignait les mages, il a pas intérêt à faire mu-muse avec mon esprit, j'ai p't'être pas de tarte mais j'peux toujours lui flécher sa tronche de moustachu !

_ N'ayez crainte, de toute évidence votre esprit est bien trop complexe pour ma magie, ironisa l'homme du nord.

_ Ouais ! Exactement... euh quoi ?

_ Bref, coupa-t-il, Alexius, disais-je, n'agit plus pour le Magisterium ni même pour Tévinter. Il a usé d'incroyables pouvoirs pour vous barrer la route en ralliant les mages rebelles avant vous.Vous devez vous douter qu'il n'aurait pas pu agir aussi rapidement à Férelden dès l'apparition de la Brèche, il a manipulé le temps pour y parvenir.

_ Manipuler le temps ? Beaucoup s'y sont essayé mais nul n'a réussit, déclara Vivienne.

_ J'étais son apprenti, nous avons consacrés des années à ces recherches, je sais de quoi je parle.

_ Oui, et vous ne vous êtes pas dit que de telles recherches pouvait être dangereuses ? Renchérit Alyssa.

_ Quand je suis parti, ce n'était que des recherches.

_ Les recherches ont pour but de donner des résultats, déclara sèchement Alyssa, son sourire fût remplacé par un regard méprisant. Donc nous avons affaire à un Magister renégat qui utilise à outrance une magie temporelle dont on ne connais rien ?

_ Je craint qu'Alexius lui-même n'en saisit toute la portée.

_ Ce qui le rend d'autant plus dangereux, conclue Cassandra.

_ Ce n'est pas lui le vrai danger, dit un homme qui venait d'entrer dans la chapelle, Alyssa le reconnaissait, c'était lui qui leur avait donné rendez-vous ici, le fils du Magister.

_ Félix ! Je ne t'attendais plus, dit Dorian d'un ton jovial, il se doute de quelque chose ?

_ Non, répondit le jeune homme, mais je n'aurais pas dû faire le malade, j'ai cru qu'il allait rester à mon chevet toute la journée. Mon père a rejoint une secte de suprémacistes tévintides qui se fait appeler "Les Venatoris". Et je peux vous dire une chose : tout ce qu'il a fait pour eux, il l'a fait pour vous atteindre.

_ Moi ? S'étonna-t-elle, que peut-il me vouloir ?

_ Vous êtes l'objet de leur obsession mais je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que vous avez survécu au Saint Temple Cinéraire.

_ Vous avez le pouvoir de refermer les failles, il y a peut-être une lien ? Ou peut-être qu'ils vous voient comme une menace ? S'interrogea Dorian.

_ Dans les deux cas ils sont impliqués dans la destruction du Conclave, et du meurtre de la Divine, renchérit Cassandra.

_ Si les Venatoris sont responsables de ces failles, ou de la Brèche, ils sont encore pire que je le pensais.

_ Nous devons l'arrêter, mais comment ? Il s'est sans doute préparé à un assaut.

_ Vous savez qu'il vous a pris pour cible. Vous avez l'initiative et l'avantage de la surprise. Moi, en revanche, je ne peux rester à Golefalois sans prendre le risque qu'Alexius ai vent de ma présence. Mais je veux être là quand vous l'affronterez, je vous contacterai. 

_ Alyssa ! Une voix de femme résonnait dans la chapelle alors que les tévintides venaient de quitter l'endroit.

_ Miranda ? Que faite-vous ici ?

_ Vous vous connaissez, demanda la chercheuse.

_ Cassandra, Sera, dame Vivienne, voici Miranda Luth'yen, l'un des trois co-dirigeants de la Loge, en charge des apprentis et qui ne devrait pas être ici, dit-elle en insistant sur la fin de sa phrase.

_ Les leçons attendrons, rétorqua la nouvelle venue avant de s'incliner respectueusement devant les compagnons de son amie.

_ Merde, encore des mages, marmonna l'archère.

_ Je m'étonne que vos compagnons apostats portent les robes du Cercle, trésor.

_ Nous ne comptons que très peu d'apostats dans nos rangs, dame Vivienne, rétorqua la mage clandestine, et je serais moi même resté à la tour du lac Calenhad si la Chantrie n'avait pas menacée de me prendre mon fils.

_ Que faite-vous ici, par les esprits ?!

_ Je viens constater par moi même dans quels problèmes mes confrères se sont encore mis, les tévintides ont véhiculés leurs idées parmi les rebelles et commencent à gagner des partisans, vous devez agir au plus vite avec que les rebelles ne commencent à s’entre-tuer !

_ Nous devons élaborer un plan avant tout, retournons à Darse pour nous préparer, suggéra Cassandra.

_ Vous avez raison, concéda la Messagère, Miranda, rassembler les mages les plus fiables et faites en sorte que les rebelles soit le plus loin possible lors de mon "entrevue" avec le Magister.

_ Je comprend, puisse le Créateur vous guider, dit-elle avant de disparaître dans les ombres.

_ Rentrons, nous n'avons pas beaucoup de temps pour tout mettre en place. »

***

De retour à Darse, les hauts-gradés de l'Inquisition rassemblèrent les informations obtenues à Golefalois et par les agents de Léliana. Tous cherchaient un moyen de rallier les mages à leur causes mais les avis quand à la marche à suivre étaient partagés. Léliana affirmait qu'on ne pouvait permettre à une secte tévintide d'occuper une ville du Sud mais le commandant Cullen s'empressa de faire remarquer à ses collègues que le château de Golefalois n'avait jamais cédé lors d'un siège, tout manœuvre militaire était donc voué à l'échec, et l'ambassadrice Montilyet précisa qu'un déploiement militaire de l'Inquisition "orlésienne" en territoire féreldien serait perçu comme une invasion.

« _ Le Magister... , commença Cassandra.

_ … a été plus malin, termina Cullen.

_ Si vous vous obstiné a employé la force, nous n'arriverons effectivement à rien, en revanche l'infiltration... suggéra Alyssa.

_ Le Magister vous a invité mais vous seulement, et bien évidemment il s'agit d'un piège, répondit Joséphine.

_ C'est trop risqué, ajouta le commandant, s'il vous arrive quoi que se soit nous perdrons le seul moyen de refermer la Brèche !

_ Dans ce cas vous auriez peut-être dû me garder au chaud dans ma cellule, ironisa-t-elle. Vivre c'est prendre des risques, les décisions de l'Inquisition ne peuvent reposer uniquement sur les risques que l'on prend, ou nous ne pourrons rien faire d'autre que regarder la Brèche engloutir notre monde.

_ Je suis d'accord, nous devons agir maintenant ou il sera trop tard, soutint Cassandra.

_ Soit, concéda le commandant dans un soupir, mais vous ne pourrez rien faire seule et nos hommes ne passerons pas par la grande porte, ne somme toujours coincés.

_ Faux, déclara fièrement la mage, qui s'attendait à ce genre de remarque, elle se tourna vers Léliana, lors de l'Enclin, vous et vos compagnons aviez infiltré le château, le passage que vous avez emprunté à cette époque a-t-il résisté à l'assaut des engeances ?

_ Oui, mes agents pourraient l'emprunter et arriver ainsi dans les caves du château pendant que vous demanderez une audience, la Maître-espionne se sentait négligente d'avoir oublié cette anecdote.

_ Et grâce à mon expertise ils pourront passer les protections qu'Alexius a probablement installé, déclara Dorian qui venait de faire irruption dans la salle de commandement.

_ Ce plan risque d'être extrêmement dangereux pour vous, nous ne pouvons pas vous forcer la main, répliqua le commandant.

_ Vous ne pouvez pas me forcer à faire quoi que se soit, commandant, je me serait enfui depuis longtemps si je l'avait voulu mais je me suis engagé à refermer la Brèche et je m'y tiendrai. Cependant, puisque qu'un Magister et une secte tévintide sont impliqué, elle prit un moment pour réfléchir à ce qu'elle s'apprêtait à dire, il me semble dangereux de ne pas contacter mon amie de Minrathie. Cela ne me plaît pas de l'exposer à l'ire des ses compatriotes mais la situation ne me permet de me soucier d'une unique vie.

_ Mes hommes tâcherons d'entretenir des échanges discrets, assura Léliana, surprise qu'une apostate aussi prudente ai de telles relations, nous ne pouvons laisser passer une occasion d'étendre notre influence à la capitale de Tévinter.

_ Merci mais je ne me fais aucune illusion, elle a gravement nui au commerce des esclaves et sa position est chancelante, tôt ou tard elle sera contrainte à l'exil, et c'est pour ça que j'aimerais également solliciter votre aide, dame Montilyet.

_ Je ferais de mon mieux, promit la belle antivane, le peuple vas probablement nous reprocher de "sympathiser" avec l'ennemi mais tous les souverains entretiennent des relations plus ou moins cordiales avec Tévinter, et nous pourront également lui fournir des ressources pour renforcer son statut politique si vous pensez que sa situation est si précaire.

_ Je doute que se soit utile, comme je l'ai dit elle fait parti d'une minorité qui a conscience de la corruption qui gangrène Tévinter, elle s'arrêta et se retourna vers Dorian.

_ Ne vous en faite pas, je suis le premier a dire que mon pays va mal, et que si certains n'essayaient de changer les choses nous aurions tous péris en tentant de reconquérir le Sud, ironisa-t-il.

_ Elle n'essaye pas de changer les choses, elle ne croît pas que votre pays puisse être sauvé, elle cherche juste à sauver autant de vies que possible tant qu'elle le peut. La connaissant elle doit être en "vacances" près de la frontière orlésienne, et son réseau d'informateurs a dû atteindre son rendement maximum vu l'état du ciel. Elle sourit à cette pensée avant de remarquer que tout le monde la regardais. Enfin, ce ne sont pas des ordres, justes des suggestions, sa voix avait perdue en assurance et se faisait timide, j'ai beaucoup voyagé pour explorer des ruines elfiques à la recherche de documents et d’artefacts que la Loge pourrait exploité. Elle commença à manipuler nerveusement l'un de ses deux médaillons, ce qui attira l'attention de la Chercheuse.J'ai donc accumulé un certain nombre de ressources et de relations, et je trouvais cela stupide de ne pas s'en servir, la jeune femme rougissait, l'adrénaline engendrée par les récents événements s'était dissipée et son humilité s'était empressée de revenir au galop.

_ Vous avez bien fait, la rassura Léliana qui souriait tant en échangeant des regards avec le reste de la tablé, nous ferons de notre mieux pour ne pas mettre vos amis en danger et si l'on rallie les mages de Golefalois à notre cause, la Loge n'aura plus à se cacher.

_ À ce propos, je vous ai dit que la Loge se compose de mages ET de templiers. C'est parce que même si nous trouvons une protection contre la possession il y aura toujours des mages qui commettront des crimes, c'est humain, de même que les démons trouverons toujours un moyen de venir dans notre monde. Et c'est pour ça que nous avons besoin des templiers. Si j'ai décidé d'aller à Golefalois c'est parce que les mages sont dans une situation bien plus préoccupante mais j'ai toujours eu à l'esprit que l'Inquisition réconcilierait les deux camps une fois la Brèche refermer.

_ Pour rétablir l'ordre, c'est une nécessité, acquiesça Cassandra.

_ Et c'est pour ça que j'ai sollicité la venue de hauts-gradés de la Loge pour préparer le terrain mais après Golefalois je crains que les actions du Seigneur Chercheur n'aient de plus grave conséquences que nous le pensions, je me disais donc que l'on pourrait demander à ces envoyés de parlementer avec leurs frères et sœurs de l'Ordre, avec l'aide d'une amie, dit-elle timidement.

_ J'apprécie que tous les mages ne nous voient pas comme des geôliers et des bourreaux mais je me demande s'il est bien sage d'adjoindre au groupe une mage tout juste sortie de ses grimoires.

_ Ce n'est pas une mage, rétorqua Alyssa, et elle a l'expérience du combat je vous l'assure. C'est une Vashoff, elle est née et à grandie hors du Qun, elle adressa un regard à l'ambassadrice, je ne voudrais pas que les fidèles prennent peur. Elle et ses parents vivaient à Dénérim lors de l'Enclin, ils périrent lors de l'attaque de la cité mais pas elle. L'expression de Léliana s'était assombrit, bien qu'elle fît parti des héros qui terrassèrent l'Archidémon, le nombre de victimes donnait un goût amer à cette victoire. Lorsque les gardes de la cité la retrouvèrent, en suivant les indications de ceux qu'elle avait sauvé, ils la trouvèrent maculé du sang des engeances amoncelées à ses pieds, mais ce dernier s'était évaporé à son contact au lieu de la corrompre. Toute l'assemblé attendait la suite de cette histoire. Sa douleur avait attiré l'attention d'esprits de Vertus, et sa ferveur protectrice lui valu leur soutiens. Aujourd'hui elle est une guerrière spirituelle, ne craignant pas la possession et capable de traquer et de pourfendre les démons.

_ Mais ces derniers tirent leurs pouvoirs de l'Immatériel, vous dites qu'elle ne craint pas la possession mais les esprits qui l'assiste pourrait la manipuler, s'inquiéta Cassandra.

_ Les esprits de Vertus ne trompent pas les gens à moins d'être corrompus, et cela n'arrivent que lorsqu'on les contraints à agir en opposition à leur nature, or les esprits liés à un guerrier spirituel le sont car cette personne est en osmose avec les valeurs et les émotions qu'ils incarnent.

_Si vous êtes sûre de vous Messagère, nous n'avons rien de mieux à proposer, déclara Cullen.

_ Je sais que j'en demande beaucoup à vous tous alors que je n'ai que ma parole à donner, dit-elle honteusement avant de quitté la pièce. »

Faisant les cent pas dans une tentative désespérée pour se calmer, elle récapitulait les événements de la journée. Elle estimait que l'Inquisition allait dans la bonne direction, la situation des mages était néanmoins préoccupante mais elle ne pouvait rien faire de plus. Le silence des templiers l'inquiétait également, surtout avec l'apparition du lyrium rouge dans les Marches Solitaires. Et si, puisqu'ils ont rompu leur lien  avec la Chantrie, ils consommaient ce dernier ? L'Immatériel lui avait montré la fin du Chevalier-Capitaine Mérédith, le lyrium rouge composait son épée, elle ne l'avait pas ingérée ! Mais le pire, c'est qu'elle s'était donné en spectacle dans la salle de commandement ! Elle avait agit comme si elle donnait les ordres mais quelle idiote, comme si elle savait prendre les bonnes décisions, elle qui a passée les 13 dernières années à voyager seule et à explorer les ruines, avoir des notions d'Histoire et un peu de culture générale n’accorde pas la science infuse. Toujours rougissante, elle s'apprêtait à sortir de la Chantrie, espérant que le froid des Dorsales la calmerait.

« _ Quelque chose ne va pas, Messagère ? Alyssa reconnue la voix de Mère Giselle. La Révérende Mère, refusant d'abandonner les réfugiés des Marches Solitaires à leur sort, avait obligé l'Inquisition à mettre un terme aux agissements d'apostats, de templiers renégats et même de mercenaires du Carta, décidément il y a toujours des opportunistes pour profiter du malheur des gens. Cela dit, la mage avait plutôt aimé l'attitude de la Prêtresse, qui n'hésitait pas à se montrer critique envers la Chantrie, chose que la plupart de ses consœurs qualifient d'hérésie, qu'importe si cela fait souffrir des gens.

_ Ce n'est rien Révérende Mère, elle s'inclina légèrement face à elle, j'ai juste été trop … passionné lors de mon rapport. Comment se passe votre intégration à Darse ? Avez besoin de quelque chose ?

_ Ne vous inquiétez pas pour moi, il y a de nombreux malheureux qui sont réellement dans le besoin et que mes sœurs ont du mal à soigner avec leurs maigres ressources.

_ Si elles manquent d'herbes médicinales, je peux prendre contact avec le clan Ralafeïrin, leurs chasseurs devraient également pouvoir leur procurer des fourrures et de la nourriture.

_ Je vous en serait reconnaissante, j'ignorais que vous aviez des relations avec les Dalatiens.

_ Le clan a trouvé ma mère alors qu'elle n'était qu'un nourrisson et l'a adopté, enfin, ce n'est pas comme si je les avais cherché...

_ J'ignorais que vous étiez à moitié Dalatienne très chère, dit Vivienne, qui écoutait la conversation dans son coin.

_ Ma mère était la Première du clan mais elle l'a quitté avant de recevoir ses Vallaslins, elle prit une seconde pour remarquer qu'elle employait un mot méconnut des humains, ses tatouages je veux dire, inutile de préciser que j'ai tout fait pour qu'ils ne rencontrent pas la bâtarde que je suis. Nos chemins se sont croisés accidentellement dans l'une des ruines elfiques que j'ai explorée.

_ C'est donc votre mère qui vous a appris à contrôler la magie, déduis la mage orlésienne, bien, il n'y a rien de pire pour un mage qui découvre ses pouvoirs que d'être dans l'ignorance. J'avais entendu parler de la magie elfique mais je ne l'avais jamais vu de mes yeux. Vivienne faisait allusion au pouvoir qu'Alyssa utilisait depuis qu'elle assistait l'Inquisition.

_ La "magie elfique" fait surtout allusion à ses méthodes d'enseignement et à ses formes propre au Dalatiens, de fait, chaque clan a sa propre magie, comme les Cercles ont chacun un domaine de prédilection. Quand à moi, elle était gênée, elle s'est toujours efforcée de reproduire les sorts des mages mais les derniers affrontements ne lui permettaient plus de contenir ses pouvoirs, je suis simplement créative.

_ Vous êtes modeste, trésor, je n'ai jamais vu un mage du Cercle donner de tel forme à sa magie, c'est un talent incroyable que vous avez là.

_ Chaque chose a un prix dame Vivienne, je comprend que ma magie puisse paraître impressionnante étant donné qu'elle sort de l'ordinaire, néanmoins j'envie vos semblables qui sont capable de sauver des vie grâce à leur art curatif, ce qui m'est impossible. En fait, je considère mes pouvoirs comme étant de la sorcellerie, plutôt que de la magie, termina Alyssa qui jaugeait ses interlocutrices du regard, elle avait glissé se mot tabou car elle savait que les secrets ne sont pas fait pour durer, pouvait-elle ôter son masque, après toute ses années ?

_ Les sorcières ne sont que des légendes et des boucs émissaires pour les badauds superstitieux. Cassandra sortait du centre de commandement, visiblement intrigué par ce qu'elle avait vu plutôt.

_ C'est ce que les gens pensent aujourd'hui, quand on leur parle de sorcières mais qui vous dit, qu'à une autre époque, ce mot n'avait pas un tout autre sens ? Elle se retourna vers la Chercheuse qui la dévisageait. Est-ce qu'il y a un problème ?

_ Je me demandais pourquoi vous insistiez tant pour que l'on envoie une équipe rallier les templiers, je suis d'accord avec ce que vous avez dit mais je trouve étrange qu'une "sorcière" s'inquiète autant de leur sort.

_ J'ai peut-être passé beaucoup de temps dans des ruines millénaires mais je n'ai jamais renoncé à la civilisation, elle fronça les sourcils. L'Ordre a perdu la confiance du peuple mais il reste indispensable, et puis, j'ai connu des templiers qui étaient des personnes exemplaires.

_ Comme votre père ? La Chercheuse pointa du doigt l'une des amulettes que portait Alyssa, une petite épée en argentite sur laquelle était gravé : "En ton cœur brûlera une flamme inextinguible." Ce genre d'amulette était remit à ceux qui se distinguait aux yeux de la Divine Béatrix, et d'après les rapports que j'ai consultés lorsque j’étais chez les Chercheurs, il n'y a qu'une seule de ses personnes qui a quitté les templiers pour partir à Féreldenne : Ser Grymore.

_ Peut importe qui étaient mes parents, une larme coula sur sa joue, ils sont mort depuis longtemps et ils méritent de reposer en paix. Ses yeux s'illuminèrent sous le coup de l'émotion. J'ai vus de mes yeux des mages innocents être pendus ou brûlés vifs à cause de mauvaises récoltes, à ces mots Mère Giselle baissa la tête, j'ai vu des maléficiens raser des villages entier pour leurs rituels, j'ai endossez le rôle de templier dans les endroits les plus reculés où des abominations laissaient libre cours à leurs démences. Il y a indéniablement des ordures au sein de l'Ordre mais pas plus qu'au sein du Cercle, ce sont avant tout des personnes qui ont choisit une vie de devoirs, résolu à faire le travail dont personne d'autre ne veut, quitte à être haït par leur protégés. Ils ne méritent pas qu'on leur tourne le dos à cause des actions d'une poignée d'entre eux, elle serra son épée de miséricorde dans sa main, ce monde à déjà eu son lot de martyrs, dit-elle tout bas. »

Dans la salle de commandement les conseillers avaient suivit la conversation, le commandant Cullen tentait de cacher une larme qui dessinait le courbe de sa joue, Léliana réprima un rire à l'attention de ce dernier tandis que Joséphine notait dans son calepin toutes les informations que venait de livrer, sans le savoir, la Messagère d'Andrasté.

« _ Elle m'avait demandée de lui apprendre les bases du Jeu, car elle avait peur d'être impliquée dans les intrigues de la Cour mais elle semble naturellement doué avec les mots, déclara l'ambassadrice qui avait la gorge serrée, mais ça ne me plaît de l'interroger à son insu.

_ Nous n'avons pas le choix Joséphine, nous devons avoir connaissance de tout ce que nos opposants pourrait utiliser contre elle, et elle a beau nous faire confiance elle ne pense pas que l'inverse soit vrai. Je sais ce que c'est que d'être constamment sur ses gardes, Josie, à quel point il est difficile d'accorder sa confiance, de peur d'être blessée.

_ Au moins, entre ses origines et l'expédition montée parallèlement à sa propre mission à Golefalois, l'Inquisition ne sera probablement pas accusée de prendre partie, nous serons éventuellement taxés d'opportunistes mais selon les personnes ce n'est pas nécessairement péjoratif, l'antivane venait de poser sa plume.

_ Vous êtes bien silencieux commandant, la Maître-espionne pouffa, voulez-vous un mouchoir ? Elle s'amusait de la situation, le commandant, qui avait l'habitude d'être formel en toute circonstances, n'avait jamais pleuré devant les membres de l'Inquisition.

_ Ce ne sera pas la peine, grommela Cullen, je me suis juste souvenu de Kirkwall... et de l'Enclin. Les templiers n'ont effectivement pas une vie facile mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle... à ce qu'on intercède en leur faveur.

_ Prenez garde commandant, Léliana se mit à susurrer, vous succombez au charme de la sorcière ! Elle éclata de rire suivit par l'ambassadrice.

_ Quoi qu'il en soit, il tenta de garder son sérieux malgré son visage empourpré, il semblerait qu'elle-même ne connaisse pas la nature de ses pouvoirs, cela explique qu'elle ai voulu solliciter les templiers en premier lieu.

_ Mais les agissements des Venatoris ont changé la donne, Joséphine tentait de retrouver son sérieux mais son grand sourire et sa voix enjoué ruinaient tous ses efforts, malgré le fait que nous mettions au point deux missions en parallèle, nos efforts pourraient tout aussi bien accoucher d'une souris, nous ne sommes pas en mesure de choisir nos alliés.

_ Commandant ! Un soldat venait d'entrer brusquement dans la salle, à bout de souffle, il avait visiblement couru. Une qunarie et cinq templiers viennent d'arriver à Darse et demande à voir la Messagère !

_ Ce doit être les "amis" qu'elle a contacté, conclu Cullen, veillant à ne pas évoquer la Loge que les dirigeants de l'Inquisition avaient décider de garder secrète.

_ Ce n'est pas tout, reprit le soldat, suscitant la curiosité des conseillers, ils sont mené par une femme qui porte l'armure, il déglutit, appréhendant les réactions vis à vis de cette information, des Chevaliers-Vigiles. »


Dernière édition par lorenal666 le Lun 23 Fév - 19:49, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Lun 23 Fév - 19:11

Alyssa Grymore


Rossignol, nos agents ont pus confirmer qu'une femme du nom d'Alyssa a bel et bien vécue dans les faubourgs de Dénérim pendant quatorze ans, avant de s'installer avec sa mère au Bas-Cloître, suite à la mort de son père. Elles y vécurent une année entière avant que sa mère ne décède à son tour, après ça elle ne donna plus signe de vie. Comme vous pouvez vous en doutez il n'ai pas aisé de trouver des informations concernant une adolescente de 15 ans, nous avons donc cherchés du côté de sa famille. Son père, selon certains documents de Val Royaux, aurait fait partit de la Chantrie à Val Chevin mais impossible de connaître son rang, la raison de son départ ou même son nom de famille ! C'est comme si la Chantrie voulait dissimuler son existence. En ce qui concerne sa mère, il semblerait qu'il s'agissait d'une apostate. Pas de lien avec les Cercles, en raison des fréquentes épidémies qui sévissaient dans le Bas-Cloître avant les mesures de rénovations de la Reine Lyra, ils semble logique que les elfes l'ai caché, ainsi que sa fille, en échange de ses soins. Cependant, nous ne nous sommes pas en mesure d'expliquer l'inaction des templiers dans les années précédentes, sans compter qu'un mariage entre un humain et une elfe auraient dû délier les langues, ce qui ne fût pas la cas. Sa maîtrise de la magie, sans l'enseignement du Cercle, a orienté nos recherches vers les clans Dalatiens, mais inutile de vous dire qu'il nous faudra du temps pour obtenir de plus amples informations.

Si nous n'avons pas trouvez d'informations sur son passé et sur son départ de Féreldenne, certains rapports suggèrent qu'elle serait revenue trois ans plus tard, alors âgée de 17-18 ans, au cours du cinquième Enclin. Elle aurait d'abord été aperçue en compagnie du Commandeur-Garde Duncan, peu de temps avant que ce dernier ne se rende à Hautecîme, où il sauva la future Reine des hommes du Iarl Howe. Elle aurait ensuite été aperçue près de Lothering, peu de temps avant l'arrivée des Gardes survivants, par la suite elle aurait été vu un peu partout à travers Féreldenne, chassant les engeances ou protégeant des réfugiés à l'aide d'éclairs et de feux magique. Et d'après un rapport suivant votre victoire contre l'Archidémon, un groupe de soldats et de réfugiés qui rentraient à Gwaren auraient trouvés un grand nombre de corps d'engeances dans un passage étroit qui longeait la côte, la plupart étaient calcinés tandis que d'autres gisaient à côté de marques noires sur le sol, comme si le foudre était, par la plus grand des hasards, tombée sur les monstres. D'après le chemin qu'ils empruntaient, nous pensons qu'ils avaient prévu d'attaquer Dénérim par le sud-est, et vu leur nombre, s'ils y étaient parvenus la bataille se serait terminée d'une toute autre façon. J'ignore s'il s'agit bel et bien de votre nouvelle alliée, mais si c'est bien le cas remerciez-la de ma part.

R.

PS : Vous vous souvenez qu'une partie des elfes vendus par Loghain aux tédintides avaient été miraculeusement retrouvés sain et sauf ? Cela ne nous ai pas parvenu, car jugé peu fiable, mais l'un de ces elfes à décrit leur sauveur comme étant : "une femme aux cheveux noirs comme la nuit et aux yeux brillant d'éclat semblable au crépuscule." S'il s'agit vraiment de la même personne, cela confirmerait qu'elle ai vécue un temps au Bas-Cloître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Jeu 5 Mar - 23:42

Chapitre 5 : La croisée des chemins


D'un pas pressé, les trois conseillers se précipitait vers l'extérieur de la Chantrie. Ils étaient bouleversés par la nouvelle, un Chevalier-Vigile, l'un des plus Hauts-gradés de l'Ordre après les Chevaliers-Divins, la garde personnelle de la Divine, venait d'arriver à Darse. Que diable faisait-elle ici alors qu'ils étaient tous censés avoir périt au Conclave ? Auraient-ils sous-estimés l'importance de la Loge dont la Messagère défend la cause avec tant de véhémence ? Avant même qu'ils n'ouvrent la grande porte, ils entendaient cette dernière hausser le ton, comme si elle réprimandait quelqu'un.

« _ Qu'avez-vous tous à vous promener tranquillement alors que les mages comme les templiers sont craint par le peuple, Alyssa faisait de grands gestes sous le coup de la colère.

_ C'est justement à cause de cela que nous ne pouvons plus rester coupés du monde, si l'Ordre a oublié ses devoirs c'est à nous de le raisonner, répondit calmement son interlocutrice, ses yeux gris acier étaient en partie masqués par une mèche blanche qui se balançait au gré du vent des Dorsales. Son visage parcheminé contrastait avec son regard perçant, planté dans les yeux de l'apostate.

_ L’Inquisition a les choses en mains et vos hommes valent n'importe quel Berruier, l'un des templiers esquissa un sourire à cette remarque, vous n'avez pas à vous exposer, Katriona ! Cassandra, qui se tenait en arrière depuis le début de la dispute, écarquilla les yeux en entendant ce nom, le Chevalier-Vigile Katriona était une fervente partisane de la Divine Justinia mais elle s'était montrée de plus en plus rarement ces dernières années, avant de tout simplement disparaître après la destruction de Kirkwall. La Chercheuse, gardant le silence, cherchait du regard la preuve d'une quelconque supercherie, tandis que Cullen sortit de la Chantrie suivit de ses deux collègues.

_ Vous n'êtes pas la seule à refuser de rester en arrière tandis que les autres partent au combat. Vous et votre mère avez permis à notre fraternité de naître, et vous nous avez dissimulés aux yeux du monde pour que nous puissions mener nos recherches en toute quiétude, pour cela nous vous sommes infiniment reconnaissant. La vieille femme soupira, elle comprenait ses sentiments et ne voulait pas se brouiller avec la jeune mage. Mais si nous nous sommes séparés de la Chantrie c'était pour que nos recherches puissent combler le fossé entre les mages et les non-mages, si nous n'intervenons pas alors que le monde s'écroule, à quoi auront servit ces trente dernière années ?

_ Faites comme bon vous semble, déclara la mage avant de partir vers la sortie du village, la tête basse.

_ Je suis navré que vous ayez dus assister à ça, dit la templière qui regardait par-dessus son épaule avant de s'incliner légèrement devant les quatre fondateurs de l'Inquisition, permettez moi de me présenter : je suis Katriona, anciennement Chevalier-Vigile au service de la Chantrie, bien que je n'ai jamais vraiment quitté l'Ordre.

_ Visiblement vous avez préféré disparaître, la Chercheuse avait une mine sombre, vous n'avez plus donné signe de vie depuis les événements de Kirkwall. Beaucoup vous croyait morte, et vos absences répétées ont suscitées les rumeurs les plus folles, certaines allant jusqu'à vous accuser de comploter avec des mages du sang.

_ J'ai simplement tourné le dos à une Chantrie qui a délaissée la Cantique pour des luttes politiques, elle accorda un léger sourire à Cassandra, comme d'autres afin de me consacrer entièrement à mes devoirs de templier. Je doute que l'Inquisition "hérétique" soit bien placé pour critiquer ma conduite, surtout que nous vous offrons notre aide sans rien attendre en retour.

_ Ce n'est guère l'endroit pour parlementer, fit remarquer Joséphine qui remarqua les regards des pèlerins posés sur les templiers clandestins, allons à l'intérieur. »

Tandis que ses hommes s'étaient rendus à la taverne, en attendant leurs prochains ordres, pour se détendre après leur long voyage, Katriona avait brièvement expliqué les raisons de ses absences répétées et de sa "disparition". Voyant les abus de l'Ordre à l'encontre des mages et n'ayant trouvée aucun soutiens auprès du Collège des Prêtresses, elle avait commencée à remettre des apprentis et des mages condamnés à l'Apaisement, pour des infractions mineures, au Collectif des mages. Elle finit par croiser la route d'une dalatienne du nom d'Erasulanh, qui avait rassemblée une poignée de mages de toutes origines afin de trouver une protection contre la possession démoniaque. D'abord méfiante envers ce groupe d'apostats, elle leur accorda le bénéfice du doute en raison de leur objectif qui, contrairement à celui de la plupart des apostats, était légitime. Puis lorsque ces derniers, après que leur nombre fût trop grand pour les sécurités magiques mises en place pour prévenir les expériences ratées, lui avaient demandés d'être surveillés par des templiers, elle se concerta avec les plus anciens membres pour finalement fonder la Loge.

« _ Vous dites que les mages ont demandés eux-même à être placé sous la surveillance des templiers ? Léliana était surprise par une telle information, bien sûr elle connaissait personnellement des mages, qu'ils soient du Cercle ou non, qui ne s'opposaient pas à la Chantrie, mais que certains se mettent une laisse autour du cou ?

_ Ce qu'ils veulent, ce n'est pas la liberté ni même la considération mais un avenir ! Je suis templière mais malgré tout mes pouvoirs je ne peux empêcher un enfant d'être assaillit par les démons lorsqu'il dort, de même que je ne peux libérer un mage possédé autrement que par le fil de mon épée. Cette menace plane au-dessus de leur tête de leur naissance à leur mort, personne ne souhaite une telle vie et surtout pas à ses enfants. La vieille femme planta son regard pénétrant dans les yeux de Cullen. Bien qu'entendre de telles paroles me peine c'est un fait, nous ne sommes que des geôliers et des bourreaux, pas parce que nous voulons faire souffrir les mages mais parce que c'est tout ce que nous pouvons faire pour eux, elle soupira en secouant légèrement la tête, comme si elle voulait chasser de vieux souvenirs, je refuse cette situation, ce n'est pas pour ça que je me suis dévouée corps et âme.

_ Je vous concède que vos compagnons ont des intentions louable mais leur entreprise reste dangereuse, aussi bien pour eux que pour le reste de Thédas, rétorqua Cullen, qui tenta de mettre de côté l'allusion de son interlocutrice concernant le rôle des templiers.

_ Excusez-moi commandant, répondit-elle d'un ton ironique, est-ce nous qui avons oblitérés un Cercle pour les actes d'un apostat ? Est-ce nous qui avons déclenchés une guerre en tuant l'un des nôtres pour faire accuser le camp adverse ? Est-ce nous qui restons cloîtrés dans nos temples pendant que des hérétiques chassent les démons et protègent les fidèles que nous avons abandonnés ? Elle s'appuya, les bras écartés, sur la table d'état-major, fixant l'ancien templier. Nombres de nos compagnons se sont fait possédés ou ont été corrompus dans leur quête d'un avenir meilleur, et nombres de nos mages ont tenus à porter eux-même le coup de grâce pour abréger les souffrances de leurs amis. À l'heure actuelle nous sommes vos alliés les plus à même, et probablement les seuls, à vous aider à ramener l'ordre et à tout reconstruire, si tant est que vous vouliez notre aide.

_ Ne vous offusquez pas des propos du commandant, ma dame, nous voulons bien évidemment bénéficier de votre aide mais comprenez que nous ne pouvons prendre de risques inconsidérés, temporisa Joséphine.

_ Je comprend bien, ambassadrice, mais si la situation est si critique, c'est parce que les gens ont laissés leur peur les guider au fil des siècles. Elle prit une profonde inspiration. Ils sont humains, elle s'arrêta quelques secondes pour se corriger, se sont des hommes et des femmes comme vous et moi, si vous ne pouvez faire confiance à vos semblables alors en qui pouvez vous croire ?

_ Et si nous en venions à votre présence à Darse, demanda Léliana après long silence. La Messagère vous a parlé de ce qui s'est passé à Golefalois ?

_ Inutile, Miranda nous a envoyé un messager avant qu'Alyssa et dame Pentaghast n'arrive au village. Elle n'est pas la seule de nos membres à surveiller la situation, si vous comptez affronter le Magister ses élèves devraient pouvoir vous être utile. Parmi les protections que la Loge utilise pour contenir abominations et autres expériences ratées, certaines ont été élaborées en étudiant le pouvoir des templiers. Elle capta l'attention des conseillers. Chacun de nos laboratoires sont pourvus d'antichambres ornées de runes spécifiques qui annihilent la magie, laissant abominations et démons sans pouvoir face à des portes blindées.

_ Nous avions des protections similaires pour protéger le sous-sol du Cercle de Férelden, où nous conservions les artefacts les plus dangereux. Je ne vois pas en quoi c'est une découverte.

_ L'innovation c'est que cet protection-ci n'affecte pas seulement les êtres vivants mais également les objets, ainsi les créatures en quarantaines dans nos laboratoires ne peuvent utiliser ni la magie ni les artefacts utilisés pour les recherches. La tablé écarquilla les yeux, impressionnées par une telle propriété. Avec les composants nécessaire et quelques heures de préparation, nos hommes sur place devraient pouvoir mettre au point un version moins puissantes mais adaptée au combat. Cela balaiera toute forme de magie dans l'aire d'effet, seulement quelques minutes mais cela devrait suffire.

_ Mes agents vont coordonner leurs mouvements avec les leurs, avec de la chance nous éviterons le bain de sang. Léliana avait le cœur plus léger, elle savait qu'une victoire n'est jamais acquise mais ce nouvel atout avait significativement augmenté leur chance de réussite.

_ Cette découverte permettrait également de favoriser la restauration des Cercles de mages dans tout Thédas, s'enthousiasma l'antivane, sans compter les nombreux nobles et marchands qui seraient prêt à investir beaucoup d'or pour protéger leurs richesses. Et vous dites que la Loge n'existe que depuis trente ans ? C'est impressionnant, avez fait d'autres découvertes qui nous pourrions utiliser ?

_ Ce n'est guère difficile d'avoir des résultats, à partir du moment où l'on cherche vraiment, ironisa la templière, mais la plupart de nos découvertes sont surtout utilisées pour sécuriser nos laboratoires, sans base digne de ce nom pour l'Inquisition... Elle réfléchit un instant avant de s'exclamer : Il y a quelque chose, nous avons améliorés le philtre au lyrium des templiers ! Cassandra et Cullen réagir immédiatement.

_ Qu'avez-vous dit ? Le commandant manqua de trébucher sur place.

_ Nos alchimistes ont revus la formule originale, remplaçant une partie du lyrium par des substituts naturels. Mes hommes se contentent d'une injection tous les six mois et ce depuis cinq ans.

_ Vraiment ? Cassandra, stupéfaite, posa la question à la place de Cullen, qui restait sans voix. Et il n'y a aucun effet secondaire ?

_ Le seul point négatif est qu'il accorde moins de pouvoir que l'original mais rien qui ne puissent être compensé pour l'entraînement. Étant donné que la Chantrie ne vous soutient pas, il va vous falloir surveiller de près votre stock de lyrium, surtout si notre mission est un succès, d'ailleurs j'aimerais connaître les détails puisque je m'y rend à la place d'Alyssa.

_ Les agents de Léliana ont repérés les forces du Seigneur Chercheur Lucius au Refuge de Thérinfal, ils ont ignoré toutes nos missives alors nous allons devoir solliciter l'aide de nobles pour attirer leur attention, et je doute qu'ils restent de marbre face à un Chevalier-Vigile. Tout ce que vous avez à faire en attendant est de déterminer qui vous accompagnera là-bas.

_ C'est tout, s'étonna Katriona, vous n'avez pas de questions ?

_ La Messagère nous a informée de votre venue et de vos capacités respectives, c'est tous ce dont nous avions besoin pour établir un plan, répondit le commandant qui semblait retrouver l'usage de la parole, nous ignorions ce qui vous attend là-bas, j'espère que vous savez improviser.

_ Moi j'ai une question, Cassandra cherchait une réponse claire, cette dalatienne dont vous avez parlé, cette Erasulanh, pour la Chercheuse les elfes avaient des noms bien étrange, est-elle... ?

_ La mère d'Alyssa ? Oui, mais j'ignore tout de son passé hormis le fait qu'elle venait d'un clan dalatien.

_ Mes agents à Férelden ont enquêté sur Alyssa, pour s'assurer qu'elle nous disais la vérité mais ils n'ont trouvés que des rumeurs. Et concernant ses parents, hormis les origines dalatienne de sa mère, ils n'ont trouvés qu'un document reliant son père à la Chantrie mais sans Cassandra nous n'aurions jamais su qu'il était un templier.

_ Lorsque j'ai prononcé le nom de son père elle a... explosée, alors qu'elle se mettait à pleurer elle a esquivée ma question en insistant sur le fait que nous devions recruter les templiers, avoua Cassandra.

_ Cela ne me surprend pas, soupira Katriona, elle a toujours été très protectrice vis-à-vis de la mémoire de ses parents. J'ignore pourquoi la Chantrie les a ignorée jusqu'au bout, j'avais interrogé sa mère mais elle m'avait répondue qu'elle ne pouvait pas en parler. À son expression j'ai vue qu'elle avait vécut quelque chose d'horrible. Cela mis à part, je pense qu'ils avaient obtenus une certaine liberté de la part de la Chantrie, soit en gagnant ses faveurs soit en la faisant chanter, dans les deux cas ils ont été impliqués dans quelque chose que la Chantrie tient à garder secret. Alyssa doit sans doute savoir de quoi il s'agit mais je doute qu'elle parle alors que sa mère à choisie de garder le silence.

_ Si elle ne souhaite pas en parler, nous n'allons pas la forcer, conclue Joséphine, qui se sentait toujours coupable. »

Marchant à vive allure, Alyssa se dirigeait vers les écuries, après toutes ces émotions elle avait besoin de se détendre, et elle ne connaissait pas de meilleur moyen que de s'occuper d'animaux. Alors qu'elle approchait de la porte de la palissade de bois elle entendit la voix d'Iron Bull, le Chef de la Charge du Taureau, une compagnie de mercenaires ayant une réputation plutôt flatteuse, même chez les nobles orlésiens. Il n'était pas le premier qunari qu'elle avait rencontré mais elle ne s'était pas encore habituée à l'humour du colosse. Mais penser aux qunaris lui donna l'impression d'oublier quelque chose d'important. Lorsqu'elle vit le colosse et son lieutenant Cremissius, un ex-soldat tévintide, une bien étrange association s'il en est, elle vit qu'ils discutaient avec une nouvelle venue. D'une haute et forte carrure, de dos la mage ne vit qu'une épaisse queue de cheval blanche et une immense épée qunari en argentite, marquée par de nombreuse entailles et ornée d'une rune, la guerrière portait une armure de cuir de druffle recouvert de plaques d'acier aux articulations et d'un plastron du même métal.. Puis elle remarqua ses oreilles pointues mais bien plus courtes que celles des elfes, avant de prendre conscience de sa peau d'un gris sombre, caractéristique de ses semblables. La mage se sentie stupide d'avoir oublié son amie qu'elle avait conviée à Darse en même temps que Katriona et les autres templiers. Visiblement elle n'avait pas attendue pour se présenter au reste de l'équipe.

« _ Alors comme ça il paraît que vous avez massacré des engeances à tour de bras quand vous étiez gosse ? C'est une sacré encoche à faire sur votre épée, dit le géant en faisant les yeux doux.

_ Asala, appela la mage, je vois que tu es déjà passé aux présentations.

_ Asala, "âme", quel nom magnifique, continua Bull, je suis sûr que vous êtes une âme pleine de... générosité...

_ Mes parents m'ont nommés ainsi car ils voulaient que je devienne une personne respectable, même sans le Qun, répondit la guerrière sans prêter attention au "jeu" de son interlocuteur. Vous m'avez l'air bien désinvolte pour un Ben-Hassrath, dit-elle en croisant les bras sur sa poitrine, je vais en déduire que vous êtes douée.

_ Je suis désolé Bull, Alyssa se pressa de s'expliquer, Asala est une amie proche et je ne pouvais lui demander son aide sans lui parler de vous.

_ Y a pas de mal chef, j'aurais fait pareil à votre place, et puis comment une telle... il réprima tant bien que mal son imagination, ...femme pourrais me poser le moindre problème, il ponctua sa phrase en clignant de son œil valide en direction de l'intéressée, cette dernière l'ignora et tourna la tête vers son amie, ses iris et ses cils d'un blanc éclatant rappelait au colosse le clair de lune, et par-dessus tout il était subjugué par ses lèvres charnues. Mais j'espère que vous n'êtes pas allez le crier sur les toits, j'risque de me faire enguirlander par ma hiérarchie.

_ Mis à part Asala je n'en ai parlé qu'aux quatre Saarebas de la Loge, ils nous aident en toute bonne fois, je ne pouvais pas leur cacher cette information.

_ Des Saarebas, grommela Bull, j'suis persuadé que vos amis sont des super mages mais chez nous la magie n'ai pas enseignée, elle est contrôlée par nos Arvaarads.

_ Tous les Tal-Vashoffs ne sont pas des barbares assoiffés de sang, rétorqua Asala.

_ Ils ont réussit leur Confrontation, la visage de la mage s'assombrit, les autres ne peuvent plus nuire à personne... De toute façon Kesh s'occupe parfaitement de la supervision des recherches.

_ Lui au moins il sait tenir la barre, renchérit Asala, on ne peut pas en dire autant des Premiers Enchanteurs. Donc les templiers ?

_ Ah oui, nous avons décidé de vous y envoyer plus tôt que prévu, il s'agit d'une mission de négociation mais puisque rien ne se déroule comme prévu ces derniers temps, elle se tourna vers Bull puis vers Cremissius, j'aimerais que la Charge s'occupe de vos arrières.

_ Vous inquiétez pas chef, j'vais m'en occuper personnellement, ricana le qunari.

_ Tâchez de surveiller les bons, rétorqua la guerrière.

_ Vous en faite pas m'dame, il peut s'occuper des deux, ajouta Crem.

_ C'est qu'il est multitâche ce grand garçon, se moqua Alyssa. Mais vu qu'il est capable de te regarder sans baver, la langue pendante, je pense que tu peux partir l'esprit tranquille.

_ Si elle pend trop, je la raccourcirait, il ne faudrait pas qu'il trébuche en marchant dessus, Asala accorda un léger sourire au guerrier avant de s'en aller rejoindre les templiers. »

Après deux jours de préparatifs, les nobles s'étaient donnés rendez-vous à la porte du Refuge de Thérinfal. Alors que le soleil commençait à tourner le dos à Darse, Alyssa regarda les templiers, Asala, Bull et la Charge prendre la route vers le lieu de la rencontre. Une fois à mi-chemin Bull et ses hommes allaient laisser un peu d'avance au groupe de Katriona et d'Asala, puis une fois arrivé à destination ils resteraient en retrait, à l'abri des regards, à l'affût de toute action hostile. Elle esquissa un sourire en voyant Bull se rapprocher "furtivement" de son amie pour entamer le dialogue. Elle fût distraite par des bruits de pas dans son dos.

« _ Inquiète ? C'était la première fois que Cullen initiait le dialogue en dehors de la salle de commandement.

_ Évidemment, je ne les accompagne pas. Ce sont tous d'excellent combattants mais nous ignorons ce qui les attend là-bas.

_ Vous savez maintenant ce que l'on ressent lorsque vous partez à la chasse aux démons.

_ Vous vouliez me demander quelque chose commandant ?

_ Eh bien je... nous voudrions en savoir plus sur vous, vous nous avez beaucoup parlé de vos "amis" mais nous ne savons pas grand-chose sur vous.

_ Cela concerne mes parents ou mes pouvoirs, demanda sèchement la mage, vous n'en avez pas assez entendu l'autre jour ?

_ Ah, vous aviez remarqué ? Demanda timidement le commandant.

_ Non, pas sur le moment, mais une fois calmé j'ai trouvé cela bizarre que Cassandra débarque comme une fleur, en me disant, sans raison, qu'elle connaissait le nom de mon père. Et puis je n'ai pas vraiment parlé à voix basse...

_ Ce n'est pas que nous ne vous faisons pas confiance mais comme vous semblez mal à l'aise pour parler de vous...

_ Je sais, soupira-t-elle, mes secrets pourraient nuire à l'Inquisition, mais vous auriez tout aussi bien pus me poser la question, comme vous le faites maintenant.

_ Et bien nous vous posons la question, quel est le lien entre vos parents et la Chantrie ? Léliana les rejoignit, suivit par Cassandra.

_ Cassandra l'a comprit, mon père était un templier mais il a quitté l'Ordre en bon et dû forme pour rester avec ma mère.

_ C'est tout à son honneur mais ce que nous voulons savoir c'est pourquoi les templiers n'ont jamais rien fait contre votre mère, insista Cassandra.

_ Ah... ça, la mage fronça légèrement les sourcils avant de se tourner vers l'horizon, ils ont aidés la Chantrie dans une affaire complexe, en remerciement ils ont obtenus le droit de se marier et de vivre ensemble, à condition que mon père quitte l'ordre et qu'ils restent à proximité de la Chantrie.

_ Et vous savez de quelle genre d'affaire il s'agissait ? Hasarda la Maître-espionne.

_ Oui.

_ Vous pouvez nous en parler, demanda Cassandra.

_ Non.

_ Eh bien au moins, ça a le mérite d'être clair, répondit Léliana qui ne s'attendait à une telle froideur de la part de la jeune femme, pouvez-vous au moins nous en donner la raison ?

_ Cela impliquait de la magie noire, elle secoua la tête comme si elle rejetait ses souvenirs, cette fois-ci le terme "impie" était approprié. La Chantrie et mes parents ont estimés qu'il était trop dangereux d'en parler, même sans les connaissances appropriées, le simple fait de savoir que de telles choses soient possible aurait incité d'autre mages à suivre la même voie, l'oubli était la meilleure solution. Et si ma mère, une mage dalatienne, était en accord avec la Chantrie, vous vous doutez bien que je ne vais pas vendre la mèche. Si vraiment vous voulez savoir ce qui c'est passé, vous devrez obtenir l'autorisation de la Chantrie, en partant du principe que les personnes impliquées à l'époque soient toujours en vie.

_ Vous, vous nous demandez de nous tourner vers la Chantrie, s'étonna la Chercheuse.

_ La Chantrie a tenue parole, je fais de même. Et j'ai beau ne pas être croyante, je crois en la cause d'Andrasté, un tel sacrilège est au-delà de tout pardon, murmura-t-elle. Elle se retourna, affichant un sourire forcé. Il est tard, je vais me coucher, il ne faudrait que je me présente devant le Magister avec des cernes sous les yeux, elle partie sans se retourner.

_ Impie ? Sacrilège ? Voilà bien des mots que je ne m'attendais pas à entendre sortir de cette bouche, s’inquiéta Cassandra.

_ Nous pouvons en déduire que l'affaire en question est autrement plus grave que des mages et templiers clandestins, ironisa Cullen.

_ Si elle garde le silence, c'est qu'elle doit estimer le sujet clos et sans danger pour l'Inquisition, conclue la barde, je me retire également, je guiderais personnellement nos hommes dans les tunnels.

_ Puisse le Créateur nous donner la force, pria la Chercheuse. »


Dernière édition par lorenal666 le Sam 2 Mai - 11:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Dim 8 Mar - 22:54

Chapitre 6 : L'Ancien




L'édifice n'était plus qu'un amas de pierres taillées et de poutres mitées évoquant vaguement une tour, aux yeux du Rossignol, c'était un cruel rappel du temps qui passe. Elle se souvenait de ce vieux moulin, il les avaient accueillis, elle et ses compagnons, lors de leur arrivée à Golefalois afin de quérir l'aide du Iarl Eamon Guerrin, au cours du Cinquième Enclin. Malgré le fait qu'ils aient repoussés l'ultime assaut des morts-vivants sans essuyer une seule perte, l'attaque des engeances avaient provoquée de nombreux dégâts matériels. Léliana ne pue s'empêcher de sourire en repensant à cette époque, certes sombre pour Férelden mais néanmoins heureuse pour la maître-espionne.

Tandis qu'elle s'enfonçait, avec ses hommes, dans les souterrains du château, elle repensa à ses compagnons, à Wynne, qui avait échangé sa vie contre celle d'une templière, amoureuse de son fils. Oghren, un nain en exil et à l'hygiène douteuse, qui avait trouvé sa place dans la Garde des ombres. Morrigan, une apostate ainsi que  la fille d'une légende vivante, une vrai vipère mais qui s'était montrée étonnamment loyale envers leur cause. Il y avait aussi Sten qui, derrière sa stature imposante, était un gros nounours, la barde se retint de rire à cette pensée. Zévan, un Corbeau antivan qui, après avoir échoué dans sa tentative d'assassiner les Gardes survivants, les avaient rejoins pour échapper à sa confrérie. Ils avaient également fait la rencontre de Shayle, un golem nain qui, malgré les siècles, avait gardée son libre arbitre de naine.

Et Alistair, le Roi de Férelden en avait fait du chemin, le petit Alistair, manquant d'assurance et de sens des responsabilités, était aujourd'hui un monarque aimé de son peuple, et de sa Reine. « Lyra » murmura-t-elle sans s'en rendre compte, son amie était partie et il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas eue de ses nouvelles. Après tout ce qu'elle avait endurée pendant l'Enclin, Léliana ne pouvait laisser le royaume s'effondrer en l'absence de sa meilleure amie. Tandis qu'ils avançait dans l'obscur passage, elle fût extirpée de sa mélancolie par l'un de ses hommes, qui avait perçut une source de lumière plus loin devant eux.

« _ Qui va là ? Demanda-t-elle en bandant son arc. Une silhouette se rapprocha lentement, la lumières des torches de l'Inquisition éclairèrent ses cheveux bruns et sa robe du Cercle. À cause de l'obscurité ambiante, et des dernières années, Léliana mit du temps à reconnaître le jeune homme. Connor ?

_ Cela faisait longtemps, sœur Léliana, répondit le jeune mage.

_ Que faite-vous ici, demanda-t-elle d'un ton méfiant, nous avions rendez-vous avec-

_ C'est pour ça que je suis ici, il leva lentement ses bras pour sortir de l'obscurité un boîte cubique, aux arrêtes finement ouvragées, avant d'en soulever le couvercle, dévoilant ainsi un orbe irisée à peine plus grand que le pommeau d'une épée. Le Magister n'a pas seulement nuit à mes camarades mais aussi à ma famille.

_ Et qu'en est-il de nos amis ?

_ Ils sont suffisamment occupés à évacuer ceux qui peuvent l'être, il regarda Léliana droit dans les yeux, je sais que vous ne vous attendiez pas à me voir mais après ce que j'ai fait je ne peux pas rester les bras ballant alors que des tévintides occupent Golefalois.

_ Vous pourrez vous en servir ? Demanda Léliana en invitant le mage et ses agents à poursuivre leur route. Nous n'avons pas le droit à l'erreur.

_ D'après ce que l'on m'a dit il me suffit de l'imprégner de ma magie, ensuite l'orbe s'utilise comme une bombe alchimique, mais une fois chargée la magie se dissipe graduellement, le timing est important.

_ Alors mes agents se débarrasseront des hommes d'Alexius pour que vous puissiez l'utiliser immédiatement, décida Léliana. »

***

Katriona récapitula une dernière fois les ordres de chacun, templiers et membre de la Charge écoutait calmement pendant qu'Asala observait le fort, à l'affût du moindre signe d'agitation. Les nobles et leurs serviteurs commençait à se rassembler, leur présence était-elle réellement une bonne chose ? Elle doutait, au vue du chaos générale, que la mission se déroulerait sans combats. Elle pensait à partir en éclaireuse quand un pas lourd parvint à ses oreilles.

« _ Je croyais les espions discrets, lança-t-elle sans se retourner.

_ Pas quand on approche de jolies femmes, répliqua Iron Bull, vous profitez de paysage ?

_ Je cherche d'éventuels problèmes, avec tous ces nobles enfarinés la moindre traîtrise de la part des templiers tournera en massacre.

_ Vous devriez pas autant vous inquiéter, cette Katriona à l'air d'avoir eue son lots d'opérations risquées avec la Chantrie, et puis la Chef nous a envoyé, moi et mes gars, pour garder vos arrières.

_ Tâchez de ne pas les garder de trop près, le rembarra-t-elle, cette mission comporte beaucoup d'inconnues, Alyssa nous aurait alloué plus d'hommes si cela ne risquait de compromettre les efforts de négociation. Tout en gardant ses bras croisés sur sa poitrine, sans quitter le Refuge des yeux, elle pointa le ciel du doigt, Bull remarqua alors une silhouette noire qui volait en cercle au-dessus de leur position. Dïrth ne garderait pas un œil sur nous si elle pensait que les chances étaient de notre côté.

_ J'l'avais complètement oublié celui-là, depuis quand il nous suit ?

_ Il nous a suivit depuis que nous sommes partis pour Darse puis, une fois le village en vue, il est venu ici pour faire du repérage. Il nous a rejoint il y a une petite heure.

_ C'est moi ou elle nous materne ? Même ma tamassran ne me couvait pas autant quand j’étais un imekari.

_ Elle n'a pas toujours été comme ça mais survivre à un Enclin ne vous laisse pas inchangé. Et puis, pour ce que j'en sais, sa mère était bien pire, elle utilisait sa maîtrise de la métamorphose pour surveiller les gens à leur insu, la guerrière pouffa à imaginant Alyssa, enfant, se promenant dans une clairière, suivi de près par une mère louve sur-protectrice..

_ Elle pouvait se changer en animal ? Alors ça c'est la classe ! Et c'est pas comme la magie du sang qui relègue tout le monde au rang d'esclave. Le colosse avait, l'espèce d'un instant, eut le regard d'un enfant fasciné par un spectacle de rue. Et elle se transformait en quoi ? En dragon ?

_ En louve blanche la plupart du temps, voir en aigle pour voler, se changer en dragon ne sert pas à grand-chose si l'on ne part pas en guerre. Elle sourie au guerrier, amusée. Je croyais que les qunaris considéraient les mages comme des "choses dangereuses" et qu'ils devaient être tenus en laisses ?

_ Ouais, sauf qu'on est pas chez les qunaris, et comme pour les Tal-Vashoffs, tant que les mages d'ici s'en prennent pas à des innocents je n'ai rien à redire. Et puis j'trouve ça plutôt sympa de pouvoir immoler ses ennemis, ça les fait paniquer et j'ai plus qu'à charger. J'aime bien la glace aussi, j'peux les briser avec ma hache.

_ Et, accessoirement, les soins magiques évitent que tout le monde y passe, ironisa Asala, se retournant elle remarqua que le reste du groupe était prêt pour la mission. Venez, c'est l'heure, lui dit-elle en lui tapotant la joue.

_ À vos ordres ma dame, répondit-il en souriant. »

***

L'intérieur du château était sombre, éclairé par la seule lumière des torches. Alyssa regrettait que les fenêtres ne laissent pas entrer la lumière du jour, les Venatoris se souciaient vraisemblablement de leur intimité pour fermer tous les rideaux en pleine journée. Elle avait l'estomac noué, elle qui avait passé sa vie à se dissimuler, la voici se jetant dans la gueule du loup. Elle s'attendait presque à ce que les bêtes ornant les tapisseries du hall prennent vie et les attaquent.

Cassandra et Varric étaient juste derrière elle mais elle craignait qu'en se retournant elle s'aperçoivent qu'ils avaient disparus, la laissant seule entouré de tévintides, principalement réputés pour leur magie du sang. C'était d'ailleurs en raison de cette réputation qu'elle avait tenu à ce que la Chercheuse, qui était immunisée au contrôle mental, l'accompagne. Elle n'avait pas fait de commentaire, elle avait seulement répondu « Très bien », est-ce qu'elle approuvait sa prudence, ou est-ce que la guerrière s'inquiétait pour elle ? Si tel était le cas, était-ce la femme ou la Messagère, la cause de cette inquiétude ? Varric c'était empressé de s'incruster, prétextant que sans lui, la "joie communicative" de Cassandra ne pousse le Magister à se défenestrer. Cela amusa la mage d'ailleurs, ils avaient beau faire comme s'il ne s'entendaient pas, Varric ne pouvait s'empêcher de taquiner Cassandra et cette dernière, d'y répondre. Au-delà de ça, leur aisance à se battre en équipe démontrait un certaine confiance mutuelle, « Est-ce leur façon de se montrer leur respect ? » se demanda-t-elle.

Elle n’eut pas le temps de répondre à cette question qu'un homme, vraisemblablement au service du Magister, vint se présenter à eux, visiblement embarrassé par la présence de trois invités.

« _ Le Magister est ravi que l'Inquisition ai daigné répondre à son invitation, son regard s'attarda sur le nain et la guerrière, mais il avait convié dame Grymore uniquement.

_ Le Magister m'a invité pour reprendre nos négociations, il me semble, elle était mal à l'aise, elle n'avait pas l'habitude d'entendre son nom de famille, il n'y a rien d'étrange à ce que je vienne accompagné de conseillers.

_ Cette femme en armure, il désigna Cassandra, est votre conseillère ?

_ L'Inquisition est une organisation militaire avant tout, votre maître n'ayant pas encore formulé ses exigences, j'ai préféré être prévoyante, répondit-elle en s'efforçant de sourire.

_ Très bien, dit-il après un moment d'appréhension, le Magister va vous recevoir, il guida les invités dans le grand hall.

_ Continuez comme ça, Joyaux, souriez, soyez hautaine et n'hésitez pas à faire dans le grandiloquent, murmura Varric.

_ Restez calme, chuchota Cassandra tout en foudroyant le conteur du regard, n'oubliez pas que nous sommes ici pour faire diversion, essayez de gagner du temps. »

Ils arrivèrent à une suite de marches menant à un trône féreldien, dépourvu de décorations, sur lequel Géréon Alexius était assis de façon désinvolte, Félix se tenait à côté de lui. Il regardait la mage sans accorder la moindre attention à ses compagnons. Alyssa remarqua quand à elle les bannières tévintides accrochées aux murs, visiblement le Magister n'avait pas prévu de partir dans les prochains jours.

« _ Chère amie, lança-t-il en se levant de "son trône", quel plaisir de vous revoir, vous et vos amis. Je suis sûr qu'ensemble, nous parviendront à un marché équitable pour tous.

_ Et les mages ? On n'aura pas notre mot à dire sur notre propre sort ?

_ Fiona, vous ne m'auriez pas confié vos fidèles si vous ne me faisiez pas confiance.

_ J'aimerais convié la Grande Enchanteresse aux négociations, en tant qu'invitée de l'Inquisition. Son estomac la tourmentait de plus bel lorsque le tévintide se tourna vers elle. Sans vouloir vous offenser, je crois qu'elle sait mieux que vous ce dont ses camarades sont capable.

_ Soit, concéda-t-il, cela me semble raisonnable.

_ Merci, répondit la chef des rebelles.

_ L'Inquisition a besoin des mages pour refermer la Brèche, et donc de moi. Mais que me proposez-vous en échange.

_ À vous de me le dire, Alexius, elle prononça sa phrase d'un ton qui se voulait hautain, vous n'auriez pas accepté ces négociations si vous ne pensiez pas pouvoir en tirer un quelconque profit.

_ Ma chère, il lui répondit sur un ton moqueur, je ne suis pas aussi vénal, je pensais qu'il serait impoli de refuser une entrevue avec la Messagère d'Andrasté, il prononça ce titre d'un ton plus méprisant.

_ Elle sait tout, père, Félix se tourna vers ce dernier.

_ Félix, qu'est-ce que tu as fait ?

_ Il veut vous empêcher de commettre une terrible erreur.

_ Vous êtes l'erreur ! Vous croyez pouvoir retourner mon fils contre moi ? Il se leva du trône, son regard, emplit de haine, fixant Alyssa. Vous entrez dans mon bastion avec cette marque volée, la mage et ses compagnons abandonnèrent leurs façades amicales en entendant ces mots. Un don dont vous ne comprenez rien, et vous croyez tout contrôler ?

_ Qui a tué la Divine ? Les yeux d'Alyssa s'illuminèrent sous le coup de la colère.

_ Ô pauvre de moi, la Messagère va abattre sur moi son courroux divin, railla-t-il avant de rire aux éclats. Votre précieuse Divine était le sacrifice nécessaire à ce qui devait être l'avènement de l'Ancien, mais votre présence indigne a ruinée le rituel.


_ Père, vous vous entendez parler ? Arrêtez !

_ Le parfait stéréotype du méchant que tout le monde veut voir en nous, déclara Dorian avec désinvolture, sa présence indiquant que Léliana et ses hommes étaient passés.

_ Dorian, Alexius semblait déçu, vous auriez pu faire partie de tout ça, mais vous avez refusé. Les pouvoirs de l'Ancien dépassent tout ce que vous pouvez imaginer. Il fera renaître l'Empire de ses cendres.

_ C'est lui l'assassin de la Divine ? Est-ce un autre Magister ? Répondez ! Exigea Alyssa, la lumière dans ses yeux s'emplissait, et elle sentait des énergies magiques sous ses pieds, elle devait gagné encore un peu de temps.

_ Ce sera bientôt un dieu. Il rétablira le règne des mages sur le monde, de l'océan de Boéric à la Mer de glace.

_ Vous ne pouvez pas impliquer mon peuple la dedans ! Clama la Grande Enchanteresse.

_ Alexius, c'est exactement ce dont on parlait, ce qu'on voulait éviter à tout prix ! Pourquoi faite-vous ça ? Le mage renégat exigeait une réponse de son ancien mentor. Les membres de l'Inquisition entendirent le bruit étouffé d'une lourde masse tomber au sol.

_ Arrêtez, père. Oubliez les Venatoris. Laissez les mages du Sud s'occuper de la Brèche et rentrez avec moi.

_ Non ! C'est la seule solution, Félix. Il peut te sauver !

_ Me sauver ?

_ L'Ancien a une solution, il me l'a promis. Si je corrige l'erreur...

_ Vous avez organisé tout cela pour vous épargner la douleur du deuil ? Résuma Alyssa, incrédule face à un tel motif.

_ Vous ne savez rien de la souffrance que j'endure, rugit le Magister.

_ Vraiment ? La mage n'en revenait pas, l'homme qu'elle avait en face d'elle était ce contre quoi ses parents s'étaient battus, ce qui avait poussé à la diabolisation de la magie et des mages, un pouvoir au service d'un cœur faible, un enfant dans un corps d'homme. Vous croyez que le monde tourne autour de vous, vous pensez sérieusement être le seul à avoir vécut des tragédies ? Vous voulez sacrifier le monde pour sauver votre fils, vous savez qu'il s'y oppose mais vous ne voulez pas renoncer. Ce n'est pas de l'amour, c'est de l'égoïsme, vous faites cela pour vous ! Vociféra une Alyssa dont la colère avait fait passé la couleur des flammes des braseros de l'orange au bleu.

_ Silence, hurla-t-il de rage. Une voleuse devrait rester à sa place. Vous et vos amis dissidents allez payer pour avoir perturbé nos plans. La Messagère sentit la peur supplanter sa colère, ses yeux perdirent leur éclat et les flammes de la pièce retrouvèrent leur couleur naturelle. Vous pensiez que j'ignorais tout des agissements de cette Miranda, mes Venatoris ont d'ors et déjà recrutés une grande partie des rebelles. Je laisse les fuyards profiter de leur courte liberté, l'Ancien aura tôt fait de leur faire passer le goût de la trahison, en entendant ces mots, Fiona tomba à genoux. Mais pour le moment, il afficha un sourire sinistre, Venatoris ! L'Ancien a ordonné la mort de cette femme, attrapez-le ! »

À peine eut-il le temps de formuler cet ordre que les hommes du Magister tombèrent simultanément, les agents de l'Inquisiton sortirent de l'ombre, accompagné pour Léliana et Connor.

« _ Mais que vois-je, dit-il en foudroyant le jeune mage du regard, le fils prodige vient me réclamer la demeure familiale ?

_ Vous hommes sont morts, Alexius. Le sang a suffisamment coulé, déclara la mage.

_ Vous êtes... une erreur ! Vous n'auriez jamais dû exister. Le Magister ouvrit sa main droite, révélant une amulette cubique de couleur verte, qui se mit à lévité sous l'effet de la magie de ses pouvoirs.

_ Connor, hurla Léliana. »

Ce dernier lança son orbe iridescente aux pieds du Magister, au même moment tout les membres de l'Inquisition se jetèrent au sol, à l'exception de Varric qui protégea la Grande Enchanteresse, toujours sous le choc en apprenant le sort de ses camarades. Lorsque que l'orbe toucha le sol, elle éclata en libérant une décharge d'anti-magie, sapant la mana de tout les mages et projetant Alexius contre son trône. Mais son amulette lévitait toujours, sa magie instable était entrée en résonance avec les propriétés de l'orbe. Sentant l'énergie entropique s'accroître de façon exponentielle, Alyssa hurla à ses compagnons de fuir mais il était trop tard. L'amulette explosa, propulsant toutes les personnes présentes dans la pièce en arrière, et créant une faille temporelle de laquelle sortit une immense silhouette grisâtre, portant un pagne en peau humaine, des brassards démesurées et arborant deux paires de cornes tarabiscotées.

***

Le templier répondant au nom de Barris les avait conduit dans une pièce qui ressemblait à une petite armurerie, râteliers d'armes et d'armures ornaient les murs et des caisses étaient éparpillées de façon peu ordonnée. Le Seigneur Abernache, un noble orlésien à la langue bien pendue, faisait les cents pas en houspillant occasionnellement les Chevaliers-Templiers qui n'avaient pas dit un mot depuis l'entrée de la délégations, se contentant de faire les piquets. Asala avait escortée Katriona et ses quatre hommes, et se concentrait sur ses sens de guerrière spirituelle pour déceler toute trace de corruption, mais en dépit de l'atmosphère malsaine de l'endroit, elle ne ressentie pas le moindre activité démoniaque. Katriona était dos à l'entrée et faisait face à une petite table, autour de laquelle se tenait Barris à droite et bientôt Abernache à gauche, et plus loin une porte devait s'ouvrir pour laisser entrer leur hôte, le Seigneur Chercheur Lucius, la scène surveillée par la Vashoff qui se tenait derrière l'orlésien, prête à intervenir pour éviter tout incident diplomatique.

« _ C'est nécessaire enfin ! Abernache, à bout du peu de patience dont il était capable, frappa du poing la table au milieu de la pièce. On ne dirige un champ de bataille avec une commission !

_ Sans la foi vous n'avez aucun Chevalier, vous êtes-, Barris s'arrêta brusquement en remarquant l'arrivée d'une personne, Chevalier-Sous-Capitaine ?

_ Vous attendiez le Seigneur Chercheur ? Demanda le gradé. Il m'a envoyé mourir pour vous, à ces paroles Asala et Katriona échangèrent un regard inquiet, les templiers de la Loge posèrent leur main sur le pommeau de leur épée.

_ Chevalier-Sous-Capitaine, le noble s'avança vers lui, Seigneur Esmérald Abernache, c'est un honneur. Je suppose que votre rang vous dresse au-dessus de telles trivialités, quel dommage que tout le monde ne comprenne pas cela.

_ Alors c'est ça la formidable alliance que propose l'Inquistion, demanda-t-il en riant.

_ Chevalier-Sous-Capitaine Denam, commença Katriona, le Seigneur Chercheur attend ma visite, en tant que Chevalier-Vigile de l'Ordre nous devons nous entretenir au sujet de l'avenir de ce dernier. Où est-il ?

_ Oui, l'orlésien n'aimait visiblement pas être laissé de côté, j'aimerais également serrer la main de sa Grâce, le Seigneur Chercheur, Chevalier-Sous-Capitaine ?

_ Le Seigneur Chercheur avait un plan que l'Inquisition et sa Messagère ont pour ainsi dire contrarié avec leurs désirs de paix. Ils ont semé les graines de la contestation, Asala qui, jusque là se tenait contre une poutre en bois, s'était redressait puis discrètement rapprochée d'Abernache.

_ Chevalier-Sous-Capitaine, vous devez m'expliquer ce qui se passe, exigea Barris.

_ Vous étiez tous sensés changer, déclara le gradé sans ciller, maintenant nous devons purger les Chevaliers trop curieux.

_ Pour une fois je suis d'acc-, l'orlésien n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'une flèche fila devant ses yeux alors qu'Asala le tirait vers l'arrière.

_ L'Ancien arrive, personne ne quittera Thérinfal avant que tout le monde soit teinté de rouge ! L'archer traître et ses acolytes tirèrent une salve de flèches que les hommes de Katriona, sur le qui-vive depuis quelques instants déjà, bloquèrent avec leur bouclier.

_ Non du créateur ! Barris remarqua avec horreur les visages difformes de ses anciens frères de l'Ordre.

_ L'Ordre est tombé, hurla la Chevalier-Vigile, aux armes.

_ Restez derrière moi, ordonna la colossale guerrière au noble apeuré qui, pour une fois, obéit sans broncher. »

Faisant virevolter son épée à deux mains, Asala éviscéra d'un coup les trois archers situés à côté d'elle avant de charger Denam. Pendant ce temps, tandis que templiers renégats et templiers déchus s’affrontaient en un contre, Katriona épaula Barris qui, sous le choc peinait à manier sa lame. Une fois le combat terminé, Katriona examina le Chevalier-Sous-Capitaine, bien que mal en point il s'en sortirait, et pourrait ainsi répondre de ses crimes. Examinant les corps, Asala constata avec effroi que ce qu'elle avait pris plus tôt pour des balafres était en réalité une sorte de mutation, qui remplaçait la peau des templiers par un étrange minerai rouge. Elle déglutit en repensant à ce qu'Alyssa redoutait.

« _ Ser Barris, demanda-t-elle sans quitter le cadavre des yeux, les templiers ont-ils acquis un lyrium spécial dernièrement ?

_ Oui, l'Ordre teste différente variante pour nos philtres, de temps à autre, répondit-il encore sous le choc.

_ Asala, est-ce ? Hasarda Katriona.

_ Oui, c'est du lyrium rouge qui se développe dans leur corps. »


Dernière édition par lorenal666 le Sam 2 Mai - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Dim 15 Mar - 21:16

Chapitre 7 : Conciliations et trahisons


Le hall tremblait alors que l'ogre venait de charger dans l'une des colonnes, Léliana l'ayant esquivé en effectuant un salto arrière, suivit d'une salve de flèches. Les débris s'écroulèrent dans les escaliers menant au sous-sol, cela restait néanmoins un bien moindre problème comparé à la colossale engeance qui se déchaînait dans le château, probablement aussi perdu que l'Inquisition et les tévintides suite à l'apparition de l'anomalie temporelle. Varric s'était empressé d'entraîner Fiona, avec Connor et Dorian, en sécurité derrière les hommes de Léliana, le temps que les mages recouvrent leur capacité à manipuler la magie. Lorsqu'il s'en retourna au combat, pour assister Cassandra qui tentait de monopoliser l'attention du monstre, il remarqua que la Messagère s'était discrètement approchée de la faille.

« _ Joyaux, hurla-t-il, ce n'est pas le moment d'admirer ce qui il y  a de l'autre côté !

_ Je vois des bâtiments en flammes, elle ne prêta aucune attention à la mise en garde de son ami tandis qu'elle regardait à travers l'étrange fenêtre, elle se protégeait de ses bras d'une pression latérale émanant de la faille, il y a aussi d'autres engeances, je crois !

_ La magie d'Alexius a due altérer une faille en formation et ouvrir un passage vers le Golefalois d'il y a dix ans, sûrement lorsque ce dernier était assiégé par l'Enclin, Dorian remarqua du coin de l'oeil Felix, qui traînait son père derrière le trône, ce dernier était toujours inconscient suite au coup qu'il avait reçut.

_ Nous avions dus en repousser une trentaine rien que pour atteindre le château, la barde craignait que l'Enclin lui-même ne leur revienne du passé, il faut absolument refermer cette chose, Dorian !

_ Facile à dire, l'amulette d'Alexius a volée en éclats ! Sans elle comme catalyseur, pas de magie temporelle !

_ Joyaux ! Ce n'est pas le moment pour jouer les héros, rejoignez les autres ! »

Alyssa continua son approche, la pression exercée par l'anomalie manquait de la renverser à chaque pas. Tendant son bras gauche, elle se focalisa sur sa marque mais cette dernière ne réagit pas, les effets de l'orbe ne l'avait pas épargné. Elle devait trouver un moyen de l'activer, et elle avait une idée, bien qu'elle en redoutait les conséquences. Levant la tête, comme pour s'adresser aux cieux, elle hurla :

« _ Vous n'en avez pas assez de me forcer la main ? J'ai une idée, dit-elle en se tournant vers Cassandra, mais j'ai besoin de temps.

_ C'est inutile, vous ne pouvez pas vous servir de votre marque, Dorian ne comprenait pas ce que la jeune femme espérait faire sans magie, et même si c'était le cas vous ne pourriez pas agir sur la trame même du temps.

_ Vous l'avez entendu, allez vous abriter avec les autres.

_ Je sais ce que je fait, elle croisa le regard de Cassandra, faite-moi confiance.

_ Vous n'aurez qu'une chance, répondit la chercheuse, la situation désespérée dans laquelle ils se trouvaient dépassait son domaine de compétence. »

La mage se concentra, « Souviens-toi, ressent l'énergie affluer, imagine la forme que tu souhaite lui donner ! » répétait-elle en boucle dans son esprit. Il ne lui fallût pas longtemps avant de retrouver en elle le pouvoir qu'elle tentait de contenir il n'y a encore pas si longtemps. Elle finit par sentir des pulsations irrégulière dans sa paume gauche, elle tendit de nouveau son bras gauche vers le portail, un faisceau vert vint le frapper en son centre.

« _ Mais comment ? La surprise de Dorian fût de courte durée, la marque n'avait , comme il l'avait prévu, aucun effet.

_ Laissez-là, faite-plutôt quelque chose pour l'ogre, hurla la Chercheuse. »

Alyssa les ignora, elle ne devait pas utiliser la marque, elle devait se l'approprier. Ses yeux retrouvèrent leur éclat lumineux, sentant l'énergie jaillirent en elle, il lui restait à l'utiliser à travers sa marque. Cassandra vit alors les même arabesques, apparus dans les ruines du Saint temple cinéraire, réapparaître sur les avant-bras de la mage, mais cette fois-ci ils s'étendirent jusqu'à ses épaules, embrasant d'un feu mystique ses manches. Le faisceau lumineux prit alors une couleur bleutée, puis tendit vers l'argentée, et quitta sa cible initiale pour suivre le contour de la faille, jusqu'à former une boucle complète, diminuant lentement la taille de cette dernière.

« _ Ça marche, se réjouit Léliana, soldats, donnez du temps à la Messagère, les hommes de Léliana laissèrent les mages dans un coin au fond de la pièce, avant de rejoindre le combat en s'armant d'arcs et d'arbalètes. »

La mage resserra son emprise sur la faille, tel un nœud coulant autour du cou d'un condamné. Plus cette dernière rétrécissait, plus la jeune femme se voyait opposer une forte pression. Relâchant toutes les limites qu'elle s'était imposée ces dernières années, elle laissa son pouvoir s'écouler librement à travers la marque, les lignes lumineuses s'étendant dans son dos, consumant le reste de son armure dans une gerbe de flammes bleus. Tandis qu'elle s'agenouillait, accablée par la douleur, elle maintenue son bras gauche levé à l'aide du droit, tandis que la faille atteignit la taille d'une assiette. L'anti-magie finie par disparaître, permettant aux mages d'achever l'ogre, épuisé par Cassandra et Léliana, dans un déluge de feu et d'éclairs. Une fois que les combattants eurent repris leur souffle, ils se tournèrent vers la faille, juste à temps pour voir cette dernière disparaître, et Alyssa s'écouler sur le sol, le haut de son corps complètement nu. Se ruant vers son amie, Varric remarqua que, bien qu'elles avaient perdus leur effet de lumière, les marques étaient toujours présentent sur le corps de la mage, se révélant à la lumière en un faible reflet doré.

***

Entraînant les templiers déchus, aux protubérances cristallines et rougeoyante, dans la danse mortelle de sa lame, Asala, ouvrant la voie pour Katriona et Barris, suivis des templiers non-corrompus, perçue le fracas des armes retentir dans la cours, plus bas. Iron Bull et les membres de la Charge avaient pénétrés les murs de Thérinfal, et évacués les nobles survivants, avant de rejoindre leur groupe. Ils étaient toutefois trop éloignés les uns des autres pour se regrouper, et la voix du Seigneur Chercheur résonnait plus fortement au fur et à mesure qu'ils s'approchaient de la chapelle trônant au sommet du fort. Après que la dernière horreur tomba à terre, consumée par la rune purificatrice de l'arme de la guerrière, le groupe des templiers se rua dans les escaliers, avant de faire face au Seigneur Chercheur Lucius.

« _ Seigneur Chercheur, Katriona bouillonnait de rage après un tel carnage, que signifie tout ceci ?!

_ Ne l'approchez pas, ordonna la Vashoff, dont les pouvoirs de guerrière spirituelle lui avaient permis de voir la supercherie, il n'est pas ce que vous croyez ! »

Elle s'interposa entre la templière et l'imposteur mais ce dernier empoigna la gorge de la guerrière qui tenta de se défaire de sa poigne. Une lueur malsaine émanait des yeux de "l'homme" avant que son visage n'affiche une expression mêlant douleur et dégoût. « Voilà un démon bien entreprenant, malheureusement pour vous, je suis déjà prise. » Elle donna un violent coup de pied à son ennemi, qui envoya ce dernier contre la grande porte, qui céda à l'impact, dévoilant l'intérieur de la chapelle, remplit de templiers qui s'étaient visiblement barricadés en attendant de comprendre la situation. Sous les regards horrifiés dans templiers, ce ne fût pas un homme mais une silhouette difforme, à la peau pâle et glabre, pourvu de deux jambes et de quatre bras griffus, qui se releva en se contorsionnant, avant de traverser le hall en un trait de lumière verdâtre. Atterrissant sur le promontoire, il érigea une barrière d'énergie spirituelle.

« _ Un démon, hurla Ser Barris.

_ Quelle est cette monstruosité ? Demanda la vieille femme tandis que le groupe entrait dans l'immense salle.

_ Il s'appelle Envie, répondit un voix masculine et légèrement enfantine située derrière Asala. Mais quand cette dernière se retourna, elle ne vit personne à l'exception de Bull et Crem qui venait d'escalader le mur de la cours à l'aide de grappins, les autres n'allaient sans doute pas tarder à faire de même. Pourtant elle était certaine d'avoir sentie, l'espace de quelques secondes, la présence d'un esprit.

_ Je crois qu'il s'agit d'un démon de l'Envie, lança-t-elle en se retournant à ses compagnons.

_ S'il s'agit de ce genre de démon, alors le Seigneur Chercheur est soit mort, soit captif, conclue sombrement Katriona. Il nous faut un plan pour atteindre ce monstre, Barris.

_ Nom du créateur, il a utilisé le lyrium rouge pour corrompre l'ordre, n'est-ce pas ? Le templier n'avait écouter qu'à moitié Katriona, il était sous le choc d'avoir laissé un démon se promener parmi eux durant des mois.

_ Vous ne savez donc rien sur ce qu'il est advenu du Chevalier-Capitaine de Kirkwall ? Asala était stupéfaite par la surprise de Barris.

_ On a raté quoi ? Iron Bull, suivit de Crem, venait de les rejoindre.

_ Je vous laisse en juger, répondit la guerrière en pointant du doigt Envie, qui se moquait de l'assemblée derrière sa barrière.

_ Et merde, lâcha le colosse.

_ Templiers, Barris se tourna vers ce qu'il restait de l'Ordre, Envie, qu'est-ce que c'est ?

_ C'est un lâche, répondit un scribe.

_ Il étudie, commet moins d'erreurs mais surtout il se cache, répondit une scribe à la peau sombre.

_ Nos commandants sont peut-être tombés mais ce n'est pas le cas de nos lieutenants, Barris se tourna vers sa supérieure, si vous les ramenez en renfort, ainsi que nos réserve de lyrium, je devrais pouvoir vous ouvrir la voie.

_ Cela prendra trop de temps, Katriona se tourna vers Bull et ses hommes, vous là, approchez.

_ Moi ? Demanda une dalatienne, qui suivit la vieille femme au milieu de la chapelle.

_ Déchargez votre magie sur moi, ordonna-t-elle en s'agenouillant, s'appuyant sur son épée.

_ Katriona, vous ne pensez tout de même pas utiliser ça, s'inquiéta la guerrière, montrer l'exemple à vos hommes est une chose, mais cette fois-ci il s'agit d'un vrai combat, on ignore les effets secondaires de cette pratique.

_ Vous préférez que l'on parte explorer le reste de la forteresse pour trouver du lyrium et deux soldats supplémentaire, pendant que Barris et ses hommes tombent face à ces aberrations ? S'il est possible de nous en sortir en risquant ma seule vie, nous devons essayons.

_ Mais enfin, de quoi parlez-vous, Chevalier-Vigile ? Barris ne savait plus où donner de la tête avec toutes ces révélations.

_ Vous êtes sûr de vous, demanda la guerrière.

_ Sûr, non. Résolu, oui ! Elle se mit à réciter le Cantique pour se vider l'esprit.

_ Ser Barris, Bull, Crem, tenez-vous prêt. Le combat serra rude.  Dalatienne, faite ce qu'elle vous dit, ce démon ne sait pas ce qu'il l'attend. »

Cherchant l'approbation de son chef, qui lui répondit d'un hochement de la tête, l'elfe aux cheveux dorés s'approcha de la priante. Tendant son bâton vers elle, scrutant les templiers qui l'entourait, elle laissa la mana s'écouler librement, étreignant la vieillarde. Tandis que celle-ci continuait sa déclamation, la magie qui l'encerclait  pénétra sa lame et son corps. Sous le regard ébahit de son entourage, ses cheveux blancs, dont le chignon fût défait par le tourbillon d'énergie, s'assombrir jusqu'à devenir bruns, son visage et ses mains se virent délester des rides infligées par les ravages du temps. Cessant ses prières, la femme rajeunit se leva, lame au clair, avant de faire un bond prodigieux vers le démon, qui avait cessé de rire. Plantant sa lame dans la barrière derrière laquelle se tenait, à quelques centimètres, Envie, elle laissa la magie s'écouler à travers elle, filtrant à travers la protection qui ne tarda pas à volé en éclats. Se réceptionnant avec difficulté, la jeune femme fit valser son épée, ornée d'une rune anti-démon, qui trancha le bras inférieur gauche de la créature difforme. Envie, dans un sifflement de colère et de douleur, s'enfuit vers la terrasse supérieure, tandis que Katriona s'effondra à terre. Se ruant dans les escaliers, le groupe vit la templière retrouver ses cheveux blancs et, dans ses gémissements de femme âgée, virent sa peau se plisser et se dessécher. Elle venait de reprendre sa forme d'origine.

« _ Bon sang, qu'est-ce qui vous a pris d'en faire autant ! La guerrière s'inquiétait, a raison, pour son état de santé.

_ Asala, c'est moi ou elle avait rajeunie, demanda le colosse qui se frottait son œil valide.

_ C'est une technique qui consiste à absorber la magie des sorts ennemis avant de la relâcher dans ses propres attaques, c'est un style de combat étudié pour permettre aux templiers d'affronter les mages et les démons sans dépendre du lyrium. Elle soupira en regardant la vétéran inconsciente, sa tête posée sur les genoux d'une recrue. Mais elle a dû s'en servir pour renforcer son propre corps, même si cette pratique a été jugée trop risqué.

_ Elle va s'en sortir, demanda Crem.

_ Apparemment elle est juste épuisée, avec de la chance il lui suffira d'un peu de repos pour se remettre. Il nous reste un démon à tuer, dit la guerrière en se levant.

_ Il ira pas loin avec un bras tranché, déclara Bull, il sera plus facile à vaincre.

_ Un animal blessé n'en est que plus dangereux, renchérit la guerrière qui enjoignit Bull et Crem à la suivre, je ne veux pas lui laisser l'occasion de fuir.

_ Il ne fuira pas, dit une voix venant du couloir.

_ D'où il sort ce gamin, demanda le qunari.

_ C'est vous l'esprit qui m'avez donné le nom du démon ? Demanda Asala, ils faisaient face à un jeune homme arborant un chapeau volumineux, des cheveux couleur paille et des vêtements rapiécés.

_ Un esprit, s'inquiéta Crem.

_ Z'êtes sûr que c'est pas un autre démon ?

_ Je pense être mieux placé que vous pour faire la différence entre un esprit et un démon, Bull. Qui êtes vous, un esprit de foi ? De justice ou de valeur ?

_ Non, je suis Cole, répondit-il comme si c'était une évidence.

_ Vous... vous appelez Cole ? S'étonna-t-elle, les esprits ne se donnait pas de nom à sa connaissance, mais elle se ressaisit pour en revenir à sa question. Pourquoi dite-vous qu'il ne fuira pas ?

_ Votre amie l'a blessée,  et vous l'avez forcé à montrer son vrai visage, il ne partira pas tant qu'il ne vous aura pas fait mal, expliqua la jeune homme. Vous lui avez pris les templiers que lui avait confié l'Ancien, il a peur et tuera tout le monde pour se protéger de sa colère.

_ C'est qui l'Ancien ? Un autre démon, demanda Bull.

_ Je ne sais pas, mais il faut l'arrêter, c'est ce que vous allez faire, n'est-ce pas ? Je veux aider.

_ Et comment comptez-vous nous aider, grogna le colosse, en nous possédant ?

_ Non, répondit-t-il, visiblement horrifié à cette idée, je peux me battre, il dégaina une paire de dagues.

_ Vous êtes sûr que c'est un esprit, m'dame ? Il ressemble plutôt à un humain, s'interrogea Crem.

_ Je crois, vu comment il me fixe, il doit voir que je suis une guerrière spirituelle.

_ Vous brillez, s'extasia le jeune homme, Envie ne brille pas, lui. »

Le groupe s'en alla jusqu'à la terrasse supérieure, où les attendais un démon hurlant de rage, appelant en renfort une poignée de templiers rouges. Plantant son épée dans le sol, Asala créa un champ protecteur, guérissant ainsi ses alliés et les protégeant partiellement des attaques ennemis. Lorsque le dernier templier rouge fût défait, la guerrière retira son épée du sol, faisant ainsi disparaître le cercle d'énergie bienfaisante. Elle concentra ses pouvoirs sur elle-même, aiguisant ses réflexes, s'entourant d'une barrière et imprégnant son épée d'énergie spirituelle, elle chargea Envie, qui avait pris l'apparence d'un guerrier de deux mètres et maniant deux haches massives. Le monstre, dans sa colère, avait tout misé sur la puissance brute au détriment de sa vitesse, tandis qu'Asala se battait avec adresse et grâce. Une fois qu'elle eue esquivé les armes de son adversaire, elle enchaîna des coups de taille, son épée, grâce à sa rune, tranchait le démon comme du beurre. Dans une danse envoûtante pour ses alliés et meurtrière pour Envie, elle trancha un bras, puis un autre, puis une jambe avant de finir par sa tête. Lorsque Ser Barris et ses hommes vinrent voir l'issu du combat, il virent une qunari foulant du pied la carcasse du démon qui leur avait prit leur frères et leur honneur. Devant cette scène, sur fond d'un ciel embrasé par la Brèche, ils ne purent réprimer une clameur qui s'accompagna très vite d'épées et d'arcs levés. Le Chevalier-Templier s'avança vers leur sauveur, accompagné par le Seigneur Abernache, qui avait réussit à s'esquiver durant les combats.

« _ Toutes mes félicitations, dame Adaar, l'orlésien semblait embarrassé, je vous prie de m'excuser pour mon absence durant la bataille. J'espère que cela n'entachera nos relations.

_ Bien sûr que non, Seigneur Abernache, Asala s'inclina légèrement, l'Inquisition ne vous a pas contacter pour combattre à sa place, et personne n'aurait pu prévoir que les événements allaient prendre une telle tournure. Elle se tourna vers Barris, comment va Katriona ?

_ D'après nos guérisseurs, sa vie n'est pas en danger, mais elle n'est pas en mesure d'être déplacée.

_ Bon, Crem et moi, on va voir comment vont nos hommes, annonça Bull avant de partir.

_ Nous sommes présent en nombre à travers tous Thédas, reprit le templier, qui s'était approché pour contempler la dépouille du démon, et pourtant une telle menace nous a échappée. Soit nos officiers n'ont vraiment rien vus, soit ils étaient complices. Nous sommes prêt à entendre ce que l'Inquisition attend des templiers.

_ La même chose qu'au cours des derniers siècles, répondit Asala en contemplant la Brèche, que vous luttiez contre la magie qui nous menace. Je ne vous mentirais pas, l'Inquisition accepte l'aide de tout ceux qui veulent rétablir l'ordre, si vous nous rejoignez, vous devrez coopérer avec des mages, entre autre. Mais aujourd'hui, c'est notre monde à tous qui est menacé, si nous voulons avoir une chance, nous devrons nous défaire de nos vieilles rancœurs, pour le bien de tous. Nous avons tous besoin de votre aide.

_ Vous avez raison, nous n'aurions jamais dus l'ignorer, admit Barris. Mais l'Ordre a perdu ses chefs, il est détruit par la trahison.

_ Vous n'êtes pas un templier parce que vous appartenez à un groupe, vous l'êtes par vos actes, par le fardeau qui vous avez choisis de porter et par les valeurs que vous avez choisis de défendre ! Aujourd'hui, le peuple a besoin de vous, allez-vous l'abandonner ?

_ Camarades, devons-nous accepter la proposition de l'Inquisition ? Les survivants de l'Ordre approuvèrent en levant leur poing. Les templiers vous aideront, j’espère que votre bastion est prêt à nous recevoir.

_ Nous accepterons toute l'aide que l'on nous offre, répondit Asala en voyant Cole s'éclipser. »

***

Le Magister pieds et poings liés, Cassandra pue s'enquérir de l'état de santé de la Messagère. Les hommes de Léliana avait ouvert toutes les fenêtres du hall avant de mettre le feu à la dépouille de l'ogre. Dorian et Félix restait près d'Alexius, qui avait reprit connaissance et se lamentait dans son coin, surveillé de loin par la Grande Enchanteresse Fiona. Varric et Connor s'occupait d'Alyssa, qu'ils avaient posés contre l'une des colonnes rescapées, dont le corps avait toujours une température anormalement élevée suite à la quantité phénoménale d'énergie qu'il avait dû endurer, le jeune mage avait apposé ses mains sur l'épaule droite de la jeune femme, il en émanait une légère lueur bleuté.

« _ Comment va-t-elle, s'enquit la Chercheuse.

_ Comme n'importe qui après avoir refermé un passage vers une autre époque, à l'aide d'une marque divine, ironisa le conteur.

_ Ce n'est pas le moment, Varric, et ce n'est pas à vous que je demandais, répondit-elle en déchirant un morceau de rideau.

_ J'ai fait ce que j'ai pu, répondit le jeune mage, son corps ne présente pas de blessure apparente, je pense qu'il a accumulé trop de fatigue et de stress. Ce qui me laisse perplexe, se sont ces marques, elles ne réagissent à aucun sort de soin et de dissipation, cela dépasse mes compétences. Mais je ne crois pas que sa vie soit en danger.

_ Bien, ajouta la Chercheuse en soupirant, avant de couvrir la poitrine nue de la jeune femme avec le morceau d'étoffe.

_ J'espère que votre plan avec les mages va marcher, Chercheuse, cette petite a suffisamment subie.

_ Incroyable, Dorian examinait l'endroit où se trouvait la faille, elle ne l'a pas seulement fermée, elle a restauré l'intégrité du Voile ! C'est comme si rien ne s'était passé.

_ Du calme Papillote, il y a plus urgent à régler.

_ Papillote, répéta le mage qui faisait mine d'être offusqué en caressant sa moustache. »

Soudain, la porte du château s'ouvrit, des soldats en armures, arborant deux chiens se faisant face, entrèrent et ce positionnèrent des deux côté du hall. Des bruits de voix se firent entendre, puis un homme aux courts cheveux blonds, avec une barbe rasée de près et portant un habit d'apparat brun orné de fourrure couleur crème, fit son entrée. Miranda le suivait de près, visiblement ils semblaient en désaccord. Quand ils virent l'état du hall, et surtout le corps calciné de l'engeance, l'homme perdit son sang-froid.

« _ Par le Créateur ! Que s'est-il passé ici ?!

_ Roi Alistair, dit fébrilement Fiona.

_ Grande Enchanteresse, est-ce ainsi que vous remerciez mon oncle de son hospitalité ? Le monarque regarda l'état affligeant des lieux, avant de s'attarder sur les membres de l'Inquisition, il reconnut la Chercheuse qui recherchait sa femme il y a quelque temps avant de jeter son dévolu sur le Héraut de Kirwall, il reconnut également le nain qui accompagnait cette dernière lorsqu'il s'était rendu dans la cité, puis il pris conscience de la silhouette inerte au pied d'un pilier.

_ Alyssa, s'alarma Miranda avant de se ruer vers son amie.

_ Bon sang, Alistair passa sa main sur son visage, il sentait venir le mal de tête, ne me dite pas que c'est la Messagère d'Andrasté qui gît là-bas ? Par pitié, ne me dites pas que vous avez fait tuer l’Élue du Créateur !

_ Elle est en vie mais a besoin de beaucoup de repos, votre Majesté, diagnostiqua la mage clandestine. Dame Cassandra, vous et votre ami devriez envoyé un rapport sur les derniers événements à Darse. Je vais m'occuper d'elle. Cassandra et Varric hésitèrent un moment puis se résignèrent, ils ne pouvait rien faire de plus.

_ Elle et l'Inquisition ont débarrassés Golefalois de la menace Tévintide, temporisa Fiona.

_ Ah oui, les tévintides que vous avez accueillis avant de les rejoindre, grommela le Roi.

_ Ce n'est pas ce que nous voulions.

_ Je sais ce que vous vouliez, soupira-t-il, j'ai tout fais pour vous aider mais vous m'avez rendus la tâche impossible. Au nom de la Couronne, je vous bannis, vous et les vôtres, de Férelden.

_ Mais... Nous n'avons nulle part où allez, clapit Fiona.

_ L’Inquisition a besoin de mages pour refermer la Brèche. Alyssa se tenait debout, avec difficulté, en s'agrippant à l'étoffe qui dissimulait ses seins.

_ Et quelles sont les conditions de cet accord ?

_ Mieux que celles de Tévinter j'espère, l'Inquisition vaut mieux que ça, ajouta Dorian.

_ Je ne peux vous promettre la liberté, comme l'a dit le Roi, à ces mots elle tenta de s'incliner mais manqua de tomber alors que Miranda passait son bras droit autour de son cou, vous avez perdu le peu de soutiens que vous aviez. Travaillez pour nous et vous aurez une chance de redorer votre blason.

_ Vous nous demandez de vous servir, se plaignit la mage.

_ Je vous demande de sauver le monde ! Arrêter de faire comme si ce dernier était contre vous, cela a causez suffisamment de morts inutiles, rétorqua Alyssa. Je ne doute pas que vous aviez de bonnes intentions, mais se ne sont pas nos intentions qui ont des conséquences mais nos choix, et le votre était mauvais. Vous pouvez continuer à taper du poing comme une enfant, ou alors vous pouvez faire preuve de maturité en agissant, non pas pour votre bien mais pour le bien de tous.

_ Nos templiers ont protégés les mages qui m'ont suivit d'assassins, ajouta Miranda, sans doute envoyés par le Magister, et les escortent jusqu'à Darse.

_ Donc, conclue Fiona, ne somme déjà à votre merci.

_ Nous pouvons les laisser partir, et les laisser affronter l'ire des peuples de Thédas, si tel est votre souhait. En tant que conscrits, en revanche, vous serez le "problème" de l'Inquisition, et l'on vous laissera tranquille, expliqua la Messagère. Qui plus est, seuls les mages parés au combats assisteront nos soldats, les apprentis resteront avec leurs professeurs et les autres assisteront nos chercheurs.

_ Cette une offre généreuse, commenta le souverain, à votre place j'accepterais.

_ Il semble que je n'ai guère le choix, se résigna la mage, nous nous en remettons au jugement de l'Inquisition.

_ Bien, maintenant que ce problème est réglé, quelqu'un pourrait-il m'expliquer pourquoi et comment un ogre s'est retrouvé ici, demanda Alistair.

_ Permettez moi de tout vous raconter, Alistair hurla et manqua de tomber à la renverse, Léliana était arrivée derrière lui sans qu'il ne s'en rende compte, je vous ai fait peur ?

_ Je n'ai plus l'habitude de vos tours de barde, déclara-t-il, à vrai dire cela ne m'avait pas manqué... »


Dernière édition par lorenal666 le Sam 2 Mai - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lorenal666
Haut Agent
Haut Agent
avatar

Messages : 2102
Date d'inscription : 24/12/2014
Age : 23
Localisation : Dans sa tour de la bambouseraie

MessageSujet: Re: L'héritière   Mer 1 Avr - 13:11

Chapitre 8 : Repos ( Première partie )


Plusieurs jours c'était écoulés depuis les événements de Golefalois et de Thérinfal, les templiers avaient envoyés leurs meilleurs hommes à Darse pour fermer la Brèche, tandis que ce qu'il restait de l'Ordre tentait de se rassembler, examinant chacun de leur membre à l'affût de la moindre trace de corruption, avant de rejoindre les forces de l'Inquisition. Darse étaient en ébullition, certains louaient la sagesse de leur Messagère, une apostate qui commençait à être appelée "sorcière", pour avoir non seulement mis un terme au conflit mages/templiers mais qui avait également rallié les deux camps à leur cause. Néanmoins, d'autres personnes, qui considéraient l'une ou l'autre des deux factions responsable de la situation actuelle, commençaient à grincer des dents, quand les soldats et les réfugiés ne passaient pas leur temps à prier pour qu'il n'y ait pas de luttes intestines. Leur Messagère avait obtenue une trêve, certes, mais elle n'avait pas encore obtenue la paix, et pourtant elle avait accompli un miracle que lui valu un convalescence encore effective à ce jour. Dans la Chantrie, mages et conseillers de diverses origines statuaient sur les conditions de leurs nouvelles alliances.

« _ Ainsi donc, les mages sont de nouveau prisonnier, déclara sombrement Léliana.

_ Ils ont provoqués la morts d'innocents, c'est un fait, d'autres les auraient apaisés ou condamnés à mort. La conscription est un châtiment plutôt clément si l'on considère que les mages rebelles se verront assigner leurs tâches en fonction de leurs compétences, et que les enfants continueront leur apprentissage, renchérit Miranda, visiblement irritée par le fait que l'on critique la situation actuelle alors qu'il y avait de réels progrès.

_ Surtout qu'avec la Brèche, vous n'avez jamais été aussi vulnérable à la possession, renchérit Cullen. C'est une chance que vos hommes et ceux de Katriona soient là pour calmer les esprits.

_ Vous dîtes cela parce que les templiers se sont vu accorder un vrai traitement de faveur, rétorqua la barde d'un ton acerbe. Je trouve cela un peu facile de leur passer la pommade quand on effectue toutes sortes de recherches à l'abri des regards.

_ Ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas, vos précieux rebelles ont probablement privés tous les mages d'un avenir sans Apaisement.

_ De quoi parlez-vous, trésor ?

_ Attendez, elle regarda les quatre conseillers et les trois mages, aucun ne voyaient à quoi elle faisaient allusion, Alyssa ne vous a rien dit ?

_ Nous dire quoi, demanda Cassandra.

_ Il y a de cela deux ans elle a découvert, dans des ruines elfiques dans les montagnes du Vimmark, une amphore contenant un élixir capable, selon les documents trouvés sur place, du purger le corps d'une personne de toute forme de magie, sans effets secondaires à part un affaiblissement passager. Apparemment, il arrivait que les anciens elfes naissent avec une trop forte concentration de magie, s'ils survivaient cela pouvait dégénérer en une faible constitution physique ou en des troubles mentaux.

_ Pour les elfes d'Arlathan, pratiquer la magie était aussi naturel que de respirer, je ne suis qu'à moitié surpris qu'ils aient connus ce genre de problèmes, commenta Solas. Qu'est-il arrivé ?

_ Devant cette découverte nous étions au bord de l'évanouissement, c'était comme si le Créateur nous récompensait pour tous nos efforts. Mais aussi fabuleux soit ce breuvage, il tenait dans une amphore de quelques litres, nous devions trouver comment le reproduire. Elle a été méticuleusement étudiée de Cercle en Cercle, dans la plus grande discrétion, jusqu'à ce qu'elle arrive entre les mains de l'Enchanteresse de Rang Lydia, au Cercle d'Ostwick...

_ Lydia ? C'était une amie de longue date, déclara Vivienne, elle a été tuée par l'un de ses élèves, lorsque la rébellion est parvenue jusqu'à son Cercle.

_ Je... je l'ignorais, je vous présente toutes mes condoléances, dame Vivienne. Vous vous doutez bien de ce qu'il est advenu de l'élixir ? Elle ne laissa à personne le temps de répondre. Il a été détruit durant les combats, voilà la contribution que vos précieux rebelles ont apportés à la cause des mages.

_ C'est sûr que ça ne vas pas arranger les choses, rajouta Dorian, vos recherches n'ont rien données ?

_ Seule l'étude du contenant a été concluante, l'amphore était âgée de plusieurs millénaires mais malgré tout, l'élixir avait conservé ses propriétés.

_ Vous l'avez testée, s'exclama Joséphine qui avait cessé d'écrire dans son calepin.

_ Pas au début, nous avons toujours eus une approche prudente lors de nos recherches mais Nathan, l'un de nos mages, faisaient des cauchemars réguliers depuis plusieurs nuits. Les démons murmuraient à son esprit et la fatigue le gagnait, il a décrété que, quitte à mourir, autant que cela aide les autres plutôt que de se changer en abomination. Après en avoir bu une gorgée il fut pris de violents spasmes, il a fallut quatre de nos templiers pour le maintenir au sol avant qu'il se calme, il est resté inconscient pendant trois jours. Quand il s'est finalement réveillé il était lui même, sa mémoire était intact, il était jovial comme à son habitude mais il ne pouvait plus lancer le moindre sort ni même arpenter consciemment l'Immatériel. Miranda baissa la tête en soupirant. Il nous fallait seulement un peu de temps, était-ce trop demandé ?

_ Je suis navré, je ne pensais pas... Léliana s'était calmée. Si cela venait à s'ébruiter, Fiona et les siens perdraient toute crédibilité et risquerait de s’entre-tuer, sans compter les mages restés loyaux à la Chantrie.

_ Je ne m'attendait certainement pas à ça mais on ne pouvait pas vraiment s'attendre à un heureux dénouement, après qu'ils aient déclarés leurs émancipations si tôt après un second attentat contre la Divine, déclara Vivienne. Heureusement, votre "Loge" semble plus attentive à ce qu'il se passe dans le monde.

_ C'est une terrible nouvelle dame Miranda, Joséphine écrivit distraitement quelques mots dans son calepin avant de reprendre, hélas ceci est monnaie courante en temps de guerre. Ce n'est peut-être pas ce que vous souhaitiez mais en nous aidant vous aiderez les mages à trouver leur place à Thédas, j'en suis convaincus.

_ Je ne suis peut-être le mieux placé pour dire ça mais, si les elfes d'autrefois ont créer ce genre de chose, n'est-il pas possible qu'il existe d'autres exemplaires de cet élixir ? Une fois l'ordre rétablit, l'Inquisition aura le temps et les ressources nécessaires pour effectuer des fouilles, pour le moment je m'inquiète surtout pour la Messagère.

_ Je persiste à dire que l'usage de la magie n'aurait pas pu, en théorie, refermer une faille temporelle, Dorian passa sa moustache entre ses doigts tout en scrutant du regard la mage clandestine.

_ Je suis d'accord, bien que nous ignorons tout de la marque et de la Brèche, elles sont sans rapports avec la magie temporelle et ce, même si c'est l'apparition de la Brèche qui l'a rendue possible, ajouta l'orlésienne.

_ Si je puis me permettre, Madame de Fer, vous basez votre jugement sur le savoir d'aujourd'hui. Elle a, comme moi, explorée des ruines plusieurs fois millénaires, ramenez à la lumière des savoirs oubliés de tous et elle s'est liée à un esprit qui n'est pas issu de l'Immatériel. Les seules connaissances du Cercle ne fournirons aucune réponse, Solas se tourna vers Miranda, heureusement nous connaissons des érudits versés dans ce domaine et qui sont proches de la Messagère.

_ Nous avons effectivement cherchés des réponses mais... j'ignore si je dois vous en faire part, vous risquez de ne pas apprécier, les rares écrits que nous avons trouvés sont assez romancés.

_ Que voulez-vous dire, demanda Cassandra, il est question de magie, les récits la concernant sont toujours romancés.

_ Justement, d'après ces écrits et nos propres recherches, il s'avère qu'Alyssa... n'est pas une mage, l'émissaire de la Loge releva la tête et vit l'incompréhension se dessiner sur les visages de l'assemblée.

_ Vous n'allez vous mettre à parler de sorcellerie, vous aussi, s'indigna la Chercheuse.

_ De la sorcellerie, ricana Dorian, vous autres les gens du sud, vous êtes si pittoresque, il perdit son sourire lorsqu'il vit l'air sombre de son interlocutrice.

_ Nous n'avons pas trouvés de traduction mais le terme sorcellerie est ce qui correspond le mieux. Les gens pensent, à tort, que nous naissons avec de la magie en nous, en fait ce qui nous différencie du commun des mortels, c'est que notre lien avec l'Immatériel n'est pas à sens unique, son énergie se déverse en nous et nous apprenons à la façonner. Ce n'est pas le cas d'Alyssa, de ce fait elle n'est pas une mage.

_ Mais vous avez parler de documents écrits, ils n'expliquent pas la nature de son pouvoir, ou bien sa source ?

_ Solas, mon cher, vous n'allez pas croire à ces inepties.

_ Il s'agit de récits parlant de différentes personnes, toutes sans rapports apparents : époques différentes, races différentes, pouvoirs différents, l'une d'entre elles pouvait plongé tout un pays dans un hiver éternel, une autre pouvait guérir par le feu et nous avons même trouvé mention d'une reine elfe qui utilisait l'énergie de la lune et des étoiles... mais les rares similitudes sont pour le moins troublantes. Ces personnes naissent avec leur pouvoir, leur corps se recouvre progressivement de marques "du destin" au fur et à mesure qu'ils gagnent en puissance, ils finissent toujours par être impliqués dans des événements majeurs, ils se font mentors, conseillers ou guides. Et le plus étrange point commun est que leurs pouvoirs ont la même source, leur âme. »

Mages et conseillers se dévisageait les uns les autres , ils assimilaient les informations fournis par Miranda. Aussi abracadabrantesque soit cette explication, ils n'avaient pas de meilleure théorie, sans compter que cela collait étrangement à la réalité. De plus, ils ne voyaient aucune raison pour que la mage leur mente, sans compter que l'on invente pas une histoire aussi peu crédible.

« _ Entre les étranges marques qui ont recouvert son corps et les récents événements, on peut effectivement dire qu'elle a été marquée par le destin, dit l'ambassadrice, brisant ainsi le dérangeant silence qui s'était installé.

_ Nous n'avons pas vécus d'événements aussi "majeurs" depuis plusieurs ères, renchérit la barde, entre un Enclin qui n'aura duré qu'un an, la guerre civile orlésienne en plus de celle opposant mages et templiers, puis la destruction du Conclave et l'apparition de la Brèche...

_ Et elle a beau ne pas être à la tête de l'Inquisition, si son titre de Messagère d'Andrasté persiste, c'est avant tout parce qu'elle inspire les gens, aussi bien par la parole que par les actes, ajouta le commandant.

_ C'est en effet troublant, je sens que je vais le regretter mais pouvez-vous développer le : "son âme est la source de son pouvoir", hasarda Cassandra.

_ Toujours d'après nos traductions, apparemment il serait question d'une âme d'immortel ou, plus vraisemblablement, ces personnes serait la réincarnation de créatures magiques ou des premiers esprits, les "premiers enfants du Créateur".

_ J'en ai assez entendu, Vivienne partie sans demander son reste.

_ C'est assez tiré par les cheveux, il faut bien le dire, commenta Dorian.

_ Certes, et Tévinter n'est qu'un culte draconique comme les autres, rétorqua Miranda.

_ Aïe, touché.

_ C'est une théorie intéressante, nous ignorons beaucoup de choses concernant l'époque antérieure à la Chantrie, cela dit, les esprits sont des êtres semis-conscients, je doute qu'ils puissent se réincarner, ajouta Solas, cela dit, s'il est question d'esprit comme Dïrth...

_ Pour ce qui de cet esprit-ci, j'ai crus comprendre qu'il sommeillait dans un temple elfique, peut-être a-t-il un lien avec leurs dieux ? Peut-être que les Faiseurs était de puissants esprits liés à ce côté du Voile ?

_ Elle avait précisée, il me semble, que tous n'étaient pas mortel à l'origine, que certain étaient nés esprit. Mais tout ça ne nous avance pas beaucoup.

_ Je suis navré, dame Pentaghast, elle est une énigme vivante qui dépasse nos compétence... Mais elle y croit, ne serait-ce qu'en partie, et c'est pour ça qu'elle s'est efforcée de cacher ses pouvoirs, elle s'inquiète du revers de la médaille dont elle ignore tout.

_ Étant donné l'attitude de la plupart des gens à l'égard des mages..., commença la barde.

_ C'est effectivement problématique, si la Chantrie venait à l'apprendre..., hasarda le commandant.

_ Peut importe ce que pense la Chantrie, pendant qu'elle s'enlise dans les luttes d'influence nous nous battons pour protéger ses fidèles et mettre un terme à cette folie, répondit la Chercheuse.

_ Si vous me le permettez, je dois me préparer. Comme l'a fait remarquer le commandant, la Brèche augmente les risques de possessions, je dois retourner auprès de mes élèves. »

***

Son cœur battait aussi vite qu'un pur-sang Féreldien au galop, se débattant dans son sommeil, comme pour s'échapper de ses draps. Dïrth s'était posé sur sa tête de lit et picorait doucement son front pour la réveiller, sans effet. Puis elle se redressa en hurlant, en sueur et perdue entre le rêve et la réalité. Elle ne pris pleinement conscience de son environnement que lorsque la porte de sa cabane ne s'ouvrit brusquement, laissant apparaître un Cullen affolé.

« _ Messagère, tout vas bien ?! Elle le regardait avec ses yeux à mi-ouvert, comme si elle ne comprenait pas la question.

_ Ce n'est rien, finit-elle par répondre, j'ai simplement fait un cauchemar, je m'excuse d'avoir hurlé.

_ Cela n'a rien d'étonnant après les récents événements, je vais vous laissez vous reposer.

_ Je vais plutôt prendre l'air, j'étouffe ici, Cullen la regarda en fronçant les sourcils, je ne m'endors pas sur commande, surtout après un réveil agité.

_ Dans ce cas je vous accompagne, cette fois-ci se fut Alyssa qui dévisagea le commandant, si Joséphine ou Léliana apprenaient que je vous ai laissé sortir seule cette nuit, dans votre état, j'en entendrais parler pendant des mois.

_ Si vous voulez, elle resta assise dans son lit quelque instant, toujours en fixant Cullen, commandant ?

_ Messagère ?

_ Je dois me lever, elle n’eut aucune réponse, je dors avec très peu de vêtements.

_ Oh, bien sûr, dit-il en rougissant, je vous attend à l'extérieur. »

Il partit l'attendre de l'autre côté de la porte. Alyssa se leva, arborant une simple chemise de lin, couleur crème, par-dessus ses sous-vêtements, marchant pieds nus sur le sol en pierre. Elle ouvrit un placard en bois, usé par le temps, et en sorti un pantalon en cuir de bélier ainsi qu'un court manteau de velours indigo orné d'un col de fourrure de renard. Elle enfila promptement ses vêtements chauds confectionnés par Harris, le forgeron de l'Inquisition, puis enfila ses bottes de cuir noir doublées de fourrure qui lui arrivait jusqu'au genoux. Dans un réflexe elle tendit sa main vers son bâton, qu'elle avait l'habitude de posé contre le mur, entre son bureau et sa cheminée, mais se ravisa puisque elle sortait seulement se promener. Ses yeux s'attardèrent toutefois sur le cristal à son extrémité, bien qu'il s'agissait de l’œuvre d'un maître forgeron d'Arlathann ce dernier avait été conçu pour un mage, le pouvoir d'Alyssa avait provoqué l'apparition de fissures sur la surface irisée de la pierre, et sa lumière avait perdu en intensité ces derniers jours. Accordant une mine boudeuse à l'artefact en fin de vie, elle enfila une paire de gants de cuir noir et doublés de fourrure, parfaitement assortis à ses bottes, avant d'ouvrir la porte.

Elle rejoignit le commandant et ils marchèrent dans le village. La nuit avait succédé au jour depuis plusieurs heures et, mis à part les gardes, seuls quelques réfugiés et pèlerins allaient et venaient entre la Chantrie, la taverne et les quelques maisons qui parsemaient Darse. L'apostate avait eu un choc lorsque Joséphine lui avait présenté ses "quartiers", elle n'avait fait aucun commentaire, elle avait droit à un traitement privilégié en tant que Messagère d'Andrasté, bien qu'elle était contre ce titre, mais qu'une maison, d'aspect chaleureux certes, se résume à une entrée étroite faisant office de débarras et à une pièce faisant chambre à coucher, salle de bain, salle à manger, étude... Même au Bas-Cloître sa mère et elle avait chacune leur propre chambre, exigus et demandant beaucoup d'entretien mais tout de même !

Les personnes qu'ils croisaient s'inclinaient et l'appelaient « Noble dame » ou « Votre Grâce », elle avait l'impression que quelqu'un lui avait passé la corde au cou et qu'on la resserrait à chacune de ses actions. Elle avait clairement expliqué que ce titre était un problème, que les fidèles allaient attendre d'elle qu'elle use de pouvoirs divins pour accomplir des miracles et que, comme c'était impossible, ils finiraient par se sentir trahis et l'accuseraient d'imposture. Ce n'est pas faute d'avoir dit la vérité, qu'elle était une miraculée et non une élue, lors de sa confrontation avec mère Hévara à Val Royaux. Elle aurait peut-être due trouver un autre terme que miraculée mais ce qui est fait est fait. Ils arrivèrent au promontoire devant la Chantrie, un ensemble de tentes, arborant le symbole de l'Inquisition, et de fournitures diverses, dont la distribution était supervisée par l'intendante Threnn, dont le franc parlé l'avait contrainte à quitter son pays. Se rapprochant d'un feu de camp perpétuellement allumé, dans lequel Cullen jeta une bûche, Alyssa se tourna vers l'horizon et contempla les étoiles, devant un tel spectacle elle aurait voulu pouvoir s'envoler.

« _ C'est une belle nuit, commenta Cullen, faites-vous beaucoup de cauchemars? Alyssa lui lança un regard suspicieux. Nous avons tous été marqués par la destruction du Conclave mais les gens ont tôt fait d'oublier que vous n'êtes pas qu'une icône.

_ Je ne suis pas une icône, articula-t-elle lentement, agacée, et j'ai l'habitude des cauchemars depuis..., elle tira sur sa manche droite pour caché un morceau de peau nue, le commandant aperçut un instant les étranges marques évoquées plutôt, qui reflétait la lumière de la lune d'un éclat argenté, ...depuis assez longtemps pour que ça ne m'affecte plus.

_ Vous avez bien de la chance, je suis moi-même un habitué des nuits agitées.

_ Vraiment, lui répondit la jeune femme en affichant un sourire malicieux.

_ Par le créateur, il rougit en percevant le double sens de ses paroles, je parle des cauchemars bien sûr !

_ Bien sûr, acquiesça-t-elle tout en conservant son sourire, une pointe de culpabilité dans la poitrine mais il était tellement drôle de faire rougir le commandant. De toute façon, je ne me souviens pas de ce que j'ai rêvé.

_ Vraiment ? Pourtant vu la façon de vous vous êtes réveillé...

_ Oui, on va me prendre pour une folle maintenant, dit-elle en soupirant. Mais depuis le Conclave... Peut-être ai-je rêvé de ce qu'il s'est passé là-bas, mais mon amnésie n'étant pas guérie... De toute façon je sais très bien ce qu'il s'est passé.

_ Vraiment, s'étonna le commandant, si vous le saviez pourquoi n'avoir rien dit ?!

_ Parce que cela me semblait évident, je suis venu pour m'assurer que la Divine ne croise pas la route d'extrémistes, j'en ai d'ailleurs supprimé quelques uns lors de sa halte dans le marquisat de Sérault. Mais elle est morte alors que je suis toujours en vie, malgré le fait que je l'ai retrouvé avant l'explosion. Elle baissa la tête, honteuse. Ma faiblesse l'a tuée.

_ C'est faux, personne ne s'attendait à ce que les événements ne prennent une telle tournure, vous ne devez pas vous reprocher d'avoir survécut. Vous avez plus que mérité notre confiance, nous savons que vous l'auriez sauvé si cela avait été possible.

_ Vous ne comprenez pas, j'avais peur de moi, de ce que je pouvais faire avec ma... mes capacités, c'est pour cela que je n'ai pas cherché à les développer et ce même si j'étais persuadé que je les possédait pour une raison. Et le moment venu, cette peur à provoquée la perte de l'un des piliers de Thédas, alors même que les conflits se multipliaient et s'intensifiaient ! J'ai ma part de responsabilité dans tout ça. Elle s'apprêta à rentrée pour dissimuler au commandant les larmes qu'elle sentait arriver.

_ Autrefois j'étais un templier du Cercle de Férelden, la jeune femme s'arrêta et se retourna lentement vers l'homme en armure, bien que je me sois entraîné depuis mon plus jeune âge pour servir et défendre les couleurs de l'Ordre, je n'arrivais pas à accepter les rites de la Confrontation que je devais présider. Envoyer un apprenti dans l'Immatériel, sans la moindre préparation, pour affronté le premier démon d'une longue série pour se protéger de la possession... Ceux qui réussissaient accédaient au titre de Mage, mais s'ils venaient à se faire posséder ou si leur Confrontation prenait trop de temps, nous les exécutions sans sommations. Mais lors de l'Enclin, un Enchanteur de rang qui avait survécut à Ostagar lança une révolte au sein même du Cercle, les mages du sang, invoquant des démons et se changeant en abomination, massacrèrent mages et templiers. L'héroïne de Férelden mis un terme au massacre et nous sauva, mages comme templiers, mais j'étais rempli d'une haine nouvelle pour les mages, pour tous les mages, Cullen semblait perdu dans ses souvenirs. C'est pour cette raison que j'ai été transféré dans le Cercle de Kirkwall, là-bas les mages était traités sévèrement mais je pensais que c'était nécessaire. Mais en réalité ma peur et ma haine m'aveuglait, à tel point que je n'ai pris conscience que trop tard de la folie qui s'était emparée de mon Chevalier-Capitaine, mages et templiers s’entre-tuèrent et c'est ainsi que commença la Rébellion des mages.

_ Ce n'est pas comme si c'était de votre faute, le rôle des templiers n'est pas de se surveiller eux-même. Beaucoup seraient brisés après de tels événements,  ce n'est pas votre cas, la jeune femme ne voyait où son interlocuteur voulait en venir.

_ Peut-être, mais j'ai laissé ce que j'ai traversé m'influencer et des gens en sont morts. Vous, vous avez choisi la prudence parce que vous vous souciez d'autrui, peut-être que vous n'étiez pas assez forte pour sauver la Divine mais vous n'étiez pas sensé être à la base. Vous avez survécu, vous avez choisi d'aider de parfaits inconnus à mettre un terme au chaos alors même qu'ils étaient taxés d'hérétiques. Sans compter que vous n'avez pas hésité à venir en aide à ceux qui souffraient sous vos yeux, faisant fit de ce qu'ils pensaient de vous. Vous n'avez jamais été celle à blâmer, vous êtes un espoir, élue ou pas. »

Une fois sa tirade terminé, le commandant raccompagna la Messagère jusqu'à sa maison. Cette dernière, une fois seule, fit le tri dans ses pensée. D'ordinaire elle n'aimait guère être mise en avant, qu'on lui donne de l'importance, il lui était plus facile d'agir à sa guise dans l'ombre..Mais, étrangement, elle se sentait plus légère après cette discussion. Elle regarda, par sa fenêtre, le ciel étoilé une dernière fois avant de se remettre au lit. Dïrth était là, assoupis sur la tête de lit, le calme régnait sur Darse et la sorcière disparue sous ses draps. Peut-être que les cauchemars allaient lui accorder un répit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'héritière   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'héritière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jade McGrégor, une héritière mystérieuse
» évite juste de me griller, ne ? ^^" - Entrainement -
» Natasha ♚ Let the skyfall when it's crumbles. We will stand tall, face it all together.
» L'héritière de Tréziguidy
» Carnet d'Anastasia, l'héritière légitime du trône de la Russie Impériale. ~ MAJ 21/03/2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dragon Age RPG :: Fanfiction-
Sauter vers: